Étiquette : Relaxation

Relaxations guidées

Relaxations guidées

Relaxation assise, allongée ou debout

Introduction

Brossons un panorama des trois grands types de pratiques à médiation corporelle qui existent. Il y a la relaxation allongée inspirée du Yoga Nidra, la relaxation assise issue du training autogène et la relaxation debout en mouvement lent et fluide comme dans certaines pratiques soufis et proche du MNS (Mouvement NeuroSensoriel):

  • Relaxation allongée
    Allongé, vous allez consciemment parcourir tout votre corps afin de le sentir puis de le relâcher. L’exercice peut être guidé ou auto-guidé, dans les deux cas le piège est le sommeil. 20 à 30 minutes est une bonne durée pour cette relaxation.
  • Relaxation assise
    Bien plus courte que la relaxation allongée, elle a aussi l’avantage de pouvoir se pratiquer partout une fois la méthode acquise. C’est la relaxation idéale pour notre vie moderne et pour les rythmes imposés en compétition.
  • Relaxation debout
    Expression corporelle lente sans musique, telle est la base de cette relaxation qui surprend souvent notre esprit occidental. Comment peut-on se relaxer debout, en mouvement. L’expérience seule vous permettre de le vérifier.

Lire la suite

Publicités
Mouvement Neuro-Sensoriel 2/4

Mouvement Neuro-Sensoriel 2/4

MNS Taichi Haut-Bas (piston)

Chapitre issu de « Mouvement Neuro-Sensoriel & Taï-chi archétypal« 

suite…

Lors de la première partie de l’article nous avons vu les concepts et les bases. Notamment, via le mouvement « sensoriel » avant-arrière, nous avons bien pu distinguer le mouvement moteur, du mouvement subjectif comme on peut le trouver en  Taï-chi ou en « mouvement fondamental » du Dr. Danis Bois.

Continuons en étudiant un autre mouvement fondamental en déplacement. Puissant outil d’auto-thérapie, celui-ci va vous permettre de trouver, en interne, comment intégrer et vivre sereinement les hauts et les bas de la Vie.

MNS Haut-Bas ou Taichi du piston

Perte de motivation (vous arrêtez votre projet)

Extrait  : PNS, Situation AP6, outil M3 p256-259 

Description :

Une fois de plus, vous venez de perdre votre challenge. Vous en avez par dessus la tête de cette boîte d’imbéciles qui fait croire qu’en travaillant et en étant plus malin que les autres, il serait possible de gagner. C’est décidé: vous arrêtez ce boulot. Une fois pour toutes.

Diagnostic :

Si votre stress est tel, que seul l’abandon de l’activité vous apparaît comme l’unique solution pour le diminuer, c’est que vous êtes atteint d’une forme d’épuisement à l’image de certains athlètes face à un surentraînement. Vous vous êtes déconnecté du plaisir de jouer à travailler pour vous investir à 100% dans le désir de vous améliorer. Celui-ci étant devenu une obligation, face au déséquilibre ressenti entre tout ce que cela vous a demandé d’efforts, de sacrifices, de temps, d’énergies de toutes sortes et le peu de satisfaction que vous en retirez, vous êtes dégoutté. Voir le coté enrichissant de vos expériences est au dessus de vos forces.

Action :

Une fois encore, le corps sera votre meilleur ami, et via un mouvement neuro-sensoriel Haut-Bas, vous allez pouvoir revenir à un état plus objectif et où vous pourrez mieux décider l’avenir de votre projet, de votre activité. Lire la suite

Mouvement Neuro-Sensoriel 1/4

Mouvement Neuro-Sensoriel 1/4

MNS Taichi Avant-Arrière (Yin-Yang)

Chapitre issu de « Mouvement Neuro-Sensoriel & Taï-chi archétypal« 

Présentation du Mouvement Neuro-Sensoriel

Ces mouvements sont dit « sensoriels » pour bien les distinguer des mouvements moteurs, purement sportifs. Les pratiques proposées ici sont issues, à la fois, de l’approche Taï-chi et de l’approche « mouvement fondamental » du Pr. Dr. Danis Bois.

Le corps en mouvement, bien plus qu’un outil « effecteur », peut devenir un merveilleux outil de déprogrammations cellulaires du stress. Pour cela, il faut faire intervenir la proprioception. La proprioception est un flux sensoriel continu, mais inconscient, grâce auquel la position, le tonus et la vitesse de nos mouvements sont en permanence évalués. Cette boucle de feedback va permettre une adaptation en temps réel des paramètres moteurs. Les capteurs de cette boucle de feedback sont cachés au cœur des muscles et sont appelés fuseaux neuromusculaires.

Afin d’utiliser pleinement ces fuseaux neuromusculaires, les mouvements « neuro-sensoriels » devront être lents voire très lents. Ce qui est magique avec le MNS – Mouvement Neuro-Sensoriel – c’est que c’est l’intelligence du corps qui est mis à contribution, l’esprit lui auto-adapte ensuite en fonction du vécu.

Par exemple comprendre et trouver l’équilibre entre « savoir lâcher ou tenir » dans la vie  n’est pas évident. Travailler cet état d’esprit avec un MNS va se faire en douceur, mais avec une efficacité redoutable. Dans la même idée on pourra travailler :

  • l’agressivité « manque / trop »,
  • l’équilibre « intraveti/extraverti »
  • la superstition « Chance / Malchance »
  • le choix « Être implacable / bienveillant ».
  • le passage « Être sympa / rester implacable »
  • les croyances « bienveillance / respect »
  • les variations « Les hauts et les bas de la vie »
  • l’équilibre « savoir lâcher / tenir »

Lire la suite

La relaxation une invitation à aller plus loin

Si aujourd’hui nous ne comptons plus les articles vantant les bienfaits de la relaxation  ni les techniques mises au point pour apprendre à vivre cet état, nous pouvons être amenés à nous demander comment se fait il que nous ayons tous autant besoin d’apprendre à nous détendre? Et quelles sont les limites de cette pratique à long terme?

Depuis les années 1960 des études scientifiques ne cessent d’apporter des preuves de la corrélation entre niveau de stress et santé psychique ou physique. Ainsi par exemple des effets mesurables sur la réduction de l’anxiété ont pu être constatées chez des personnes pratiquant différentes méthodes de relaxation comme la méditation en pleine conscience.

Pourquoi sommes nous en permanence tendus?

Le style de vie de la société actuelle, où nous sommes de plus en plus coupés de la nature, de ses rythmes, où notre corps est sous stimulé mais notre esprit sur-sollicité est particulièrement source de stress sur le plan psychologique. Or rappelons nous: le cerveau ne fait pas la différence entre une menace physique réelle et une menace virtuelle (ce que nous pouvons imaginer qu’il va nous arriver). Donc l’organisme va se mobiliser comme pour faire face à un prédateur. Une de ses réactions va être de créer une tension musculaire de façon à être apte à fuir ou attaquer. Si la situation stressante dure l’état de tension musculaire qui est  inapproprié persiste lui aussi, avec pour conséquences de la fatigue voir des douleurs, alors que nous n’avons pas fait d’effort physique. Les zones les plus classiques qui seront touchées sont la nuque, les épaules, les mâchoires les jambes.

Relaxation
Relaxation, mode d’emploi…

Une personne stressée est donc une personne tendue. Toute pensée négative, toute émotion de type peur, colère, anxiété étant une source de stress potentiel dès l’instant ou ces états émotionnels ne trouvent pas de résolution. Lire la suite

Vue No Stress – Dstress des yeux

Dans de nombreuses disciplines sportives la notion d’équilibre et donc de posture est un facteur clé. Qu’il s’agisse de sports aussi différents que la glisse,  la gymnastique, le tir, ou tout ce qui tourne autour d’une balle ou d’un ballon nos performances seront fonction du  degré des stratégies développées pour le contrôle de l’équilibre et du mouvement. Si un des éléments contribuant à assurer notre équilibre par exemple est défaillant parce qu’il est en stress, nos performances en seront forcément affectées. Dans cet article je vous propose d’explorer un des facteurs pouvant désorganiser l’équilibre: les yeux.

L’homme, pour  structurer et organiser ses actes moteurs a besoin de recueillir en continu des informations sur son environnement. Cette organisation de nos mouvements est notamment sous la dépendance du contrôle postural.

oeil-voir

Il y a trois sources principales d’informations permettant au cerveau d’adapter en continu  nos mouvements pour conserver notre équilibre et maintenir notre posture:

  • le système visuel,
  • le système de l’oreille interne via le vestibule et
  • le système proprioceptif présent au niveau de tous les tendons, des muscles, des os et des articulations.

Ces trois systèmes interagissent entre eux et vont donc envoyer leurs informations au cerveau. Dans le cadre sportif, des études ont démontré que, selon le type de sport et donc d’entraînement, la personne peut être amener à développer préférentiellement un des trois systèmes. Voici trois exemples typiques:

  • Le judoka utilisera plutôt les informations d’origine proprioceptives via la plante de ses pieds d’où l’importance des points d’appui au sol pour cette discipline.
  • Le danseur lui développera en priorité tout le réseau des infos  en provenance de l’oreille interne et sa référence sera la verticale.
  • Pour le gymnaste ce sera la perception visuelle de son environnement qui l’emportera et assurera le meilleur des équilibres.

Quand tout fonctionne, les infos qui se succèdent sont cohérentes et nous sommes en équilibre. Mais si les messages sont contradictoires, car l’un des systèmes est défaillant, les informations reçues par le  cerveau seront fausses. Le système nerveux central donnera des ordres inappropriés à la situation! On aboutit soit à une déstabilisation du corps, soit à un déséquilibre dans le mouvement soit à un manque de précision. De plus, si la défaillance du système capteur persiste, il y aura apparition de contraintes au niveau du système musculaire avec perte des rapports harmonieux entre les différentes parties du corps pouvant entraîner une fragilisation de système articulaire. Si nous reprenons le cas des yeux nous savons maintenant qu’ils sont faits pour voir mais aussi pour nous équilibrer dans l’espace.

oeilbienvoircom

L’œil envoie des informations visuelles par la rétine et des informations extra-oculaires dites sensorielles via les six muscles qui assurent ses  mouvements dans son orbite. Toute asymétrie de tension ou défaut de coordination au niveau de ses muscles oculo-moteurs va avoir des répercutions au niveau des muscles des épaules, du cou puis du dos, créant des tensions aux symptômes variés et une posture déséquilibrée! En parallèle, la personne peut ressentir une fatigue visuelle, des problèmes de concentration, voir à la longue des maux de tête. Sachant que, d’une part,  la plupart d’entre nous sollicite la vision rapprochée de façon beaucoup plus intense qu’autrefois à cause de l’usage des écrans d’ordinateurs et autres tablettes, d’autre part, que l’éclairage est le plus souvent artificiel, et enfin que nos modes de vie sont sources de stress, nos yeux ont donc de grandes chances d’être « en stress » et donc anormalement tendus.

oeil-image

Dès que l’effort musculaire demandé est trop intense ou trop long, cela aboutit à une contraction excessive des muscles entourant les yeux. La motricité oculaire perd en souplesse et en amplitude. Le risque, c’est que l’un des deux yeux cesse de travailler, qu’il lâche laissant l’autre seul à travailler et à continuer de fixer. Apprendre à tonifier comme à relaxer le système musculaire de nos yeux va donc être intéressant à plus d’un titre. Savoir relâcher la pression autour des yeux  et leur rendre une bonne amplitude de convergence aura un impact à la fois sur le confort visuel et sur l’ensemble du corps via une posture plus harmonieuse et équilibrée.

Il existe donc deux types d’exercices les uns relaxants et les autres plutôt stimulants:

a- Relaxant: Le plus connu, le plus simple, le plus relaxant et régénérant est le palming. Il a été mis au point par un éminent ophtalmologiste américain le Docteur William Bathes dans les années 1886. Ce médecin avait établi un lien direct entre les états de détente qui augmentent le potentiel visuel et les états de tensions qui le diminuent. Résultat pour une même personne, au cours de la journée, la vision va varier selon le niveau de relaxation de l’œil.  Il a mis au point toute une méthode d’exercices permettant de relaxer et de renforcer le tonus des muscles moteurs de l’œil. Le premier le palming est très facile à mettre en œuvre et n’exige aucun effort. Curieusement, cet exercice existait déjà sur une forme très proche en Yoga des Yeux (voir VNS p30 ou PNS p236).

Le palming : un  dstress des yeux et plus...
Dans VNS p30 ou PNS p236 vous trouverez un palming spécifique pour encore mieux dstresser vos yeux.

b- Stimulant: D’autres exercices permettent de renforcer le système oculo-moteur de l’œil. La encore le Yoga des yeux nous propose de nombreux exercices simples et efficaces.

exercice-yeux

Vraiment le Yoga des yeux -dont de nombreux exercices ont été repris en Sophrologie ou dans des méthodes oculaires- est un outil génial et bien adapté à notre vie moderne. C’est pour cela que vous retrouverez, en plus des deux exercices que nous venons d’évoquer, deux autres exercices de Yoga des yeux dans notre mémento de la Vie No Stress: Le DOTE (VNS p 40 ou PNS p122) et le SABLIER (VNS p28).

Enfin, un autre moyen de déstresser ses yeux est d’utiliser à intervalles réguliers des lunettes spéciales appelées lunettes à grille optique.

Un outil simple pour le dstress des yeux
Un outil simple pour déstresser

20 minutes par jour est l’idéal. Avec ces lunettes vous pouvez vaquer à vos occupations sans souci et même lire mais éviter de suivre le curseur de votre souris ;o)

On le voit, l’approche no-stress intègre aussi les yeux, ses compagnons à qui nous demandons tant et qu’on oublis si souvent de … déstresser :o)

Respiration cohérente

Dans notre approche « No-Stress » la médiation corporelle est la clef de la gestion du stress. La respiration est la première de toute les médiations corporelles, la base la plus simple et la plus accessible à toutes et à tous. Parmi les respirations nous privilégions les respirations circulaires, et parmi ces respirations circulaires nous vous parlons souvent de la respiration cohérente. Cette page complète les informations du livre et vous propose les meilleurs vidéos sur le sujet.

Présentation sympa sur France 2 matin:

L’explication de base du procédé

Dans le livre « SPORT NO STRESS« , la fiche 29 (pages 62 et 63) expose en détails, en plus du domaine d’emploi, le processus complet de la respiration cohérente plus connue en France sous le nom de cohérence cardiaque.

Sport No Stress : le livre
Sport No Stress : le livre

Ce même type de respiration, extrêmement relaxante et qui favorise un sommeil de bonne qualité, est bien sûr aussi présente dans VIE NO STRESS, p 73 et 73. Si le côté relaxation est important pour vous, toujours dans « Le mémento de la Vie No Stress », vous trouverez 3 autres outils de relaxation très efficaces  p32-33, 54-55 et 82-83.

Mémento de la Vie No Stress
Mémento de la Vie No Stress

Explications

Entraînement

Support visuel pour pratiquer seul

Explications scientifiques de la fréquence cardiaque


Suite de la présentation très technique précédente :

Sinon, vous pouvez retrouver nos vidéos sur notre chaîne Youtube :

La chaîne Youtube du Cabinet No-Stress
Cliquez sur l’image pour visiter la chaîne Youtube du Cabinet No-Stress ;o)

Les secrets d’une vraie pause

Avec la rentrée, voici revenu le tourbillon de la vie qu’il soit professionnel ou familial, et toutes ces milles et une choses qui donnent à votre activité sportive un goût d’oxygène si précieux. Oui mais voilà, vous avez le sentiment que ce n’est pas deux fois par semaine qu’il faudrait pouvoir aller à la salle de sport, mais tous les jours pour pouvoir évacuer tout le stress accumulé dans la journée et retrouver votre zénitude.

Et si vous faisiez de cette rentrée une occasion pour mettre en place tout de suite de bonnes habitudes qui permettent de bien récupérer en profitant de toutes les « pauses »…

Bien utiliser les pauses pour rester no-stress et en forme
Bien utiliser les pauses pour rester zen et en forme

Comme tout athlète en pleine épreuve ou match, vous aimeriez bien pouvoir récupérer de l’énergie et de la clarté d’esprit en quelques minutes pour mieux repartir ensuite. Et bonne nouvelle, c’est tout à fait possible. En effet, quelques minutes astucieusement  réparties au cours de la journée peuvent tout changer. La seule condition sera, une fois votre stratégie mise en place:  n’y  déroger sous aucun prétexte.

En tant que sportif il y a de nombreuses circonstances et activités, ou savoir gérer les pauses, est un vrai plus. Que ce soit la mi-temps d’un match de football ou les 2 minutes accordées à la fin de chaque set impair au tennis, que ce soit en attendant son tour pour s’élancer avec son javelot ou lors d’un temps mort, être capable de lâcher tout le stress superflu pour ne garder que celui qui maintient nos ressources mobilisées sans nous épuiser inutilement est un vrai challenge. C’est pourquoi je vous propose d’utiliser la vie quotidienne pour mettre en place les réflexes qui vont permettre de vous  créer des pauses relaxantes ou dynamisantes selon les circonstances et votre besoin.

Selon le moment ou la pause intervient dans une épreuve sportive le besoin va être différent. Si j’attends mon tour par exemple pour faire ma prestation, le challenge va être de pouvoir rester bien centré sur le présent et de pas partir dans des pensées compulsives ou l’on va ruminer du négatif ou tenter de le refouler. La peur de rater son départ par exemple peut s’insinuer malgré soi et venir du coup bloquer tout élan, ou toute initiative. Comme ce sentiment est désagréable voir insupportable le cerveau s’organise et va chercher une stratégie  pour sortir de ce malaise. Et parfois la seule solution qui sera à sa portée sera de provoquer ce qui nous fait le plus peur donc la chute par exemple ou un faux départ. Même si les conséquences sont tout aussi pénibles à vivre, il a éliminé à sa façon le stress principal!

La gestion du stress est un point clef pour prendre un bon départ
Le top départ, un point clef dans de nombreux sports

L’astuce va être de ramener sa présence dans son corps tout en occupant son mental et pour cela pratiquer la respiration cohérente rentre directement dans ce cadre. S’il y a stress nous savons que c’est le système nerveux autonome qui prend les commandes. Nous savons aussi que la seule fonction dépendante de ce système sur laquelle notre volonté peut intervenir c’est la respiration. En effet nous pouvons contrôler notre respiration l’accélérer ou la ralentir etc. Ici il va s’agir d’une respiration particulière décrite en détail dans tous nos ouvrages : VNS p72, SNS p62, PNS p82, NsNaNt Sol1 et Clef5. Cet exercice nécessite de s’entraîner pour pouvoir y faire appel avec efficacité le jour J car il vous faudra déterminer par exemple le rythme qui vous convient le mieux pour votre inspir et votre expir. Votre mental sera donc occupé à compter pour maintenir l’harmonie de la respiration. L’état de relaxation atteint est purement génial.

Technique anti-stress puissante : la respiration circulaire
Respiration circulaire : la seule technique où notre volonté peut agir vers le no-stress

Ce type de respiration est aussi appelée cohérence cardiaque et a été mise en valeur par David Servan Schreiber. Les études scientifiques qui en prouvent les multiples bienfaits sont nombreuses. Il est recommandé de faire 5 minutes de cette respiration matin midi et soir tous les jours pour notamment  développer son intuition. L’impact immédiat va être  d’aboutir à un calme intérieur  permettant de prendre du recul par rapport aux évènements et de retrouver le contrôle de son émotionnel comme de son mental. En introduisant ce type de respiration dans votre quotidien à la faveur de  temps morts comme l’attente à un feu rouge ou à un arrêt de bus, en faisant la queue au self ou à la poste ou en choisissant délibérément de prendre 5 minutes matin midi et soir comme préconisé précédemment vous allez  à la fois pouvoir en acquérir le réflexe et en même temps vous créez  des pauses permettant de minis phases de récupération. Et le jour J au moment ou vous serez dans les startings blocs vous saurez sans difficulté gérer ces minutes si vitales pour un coureur.

Action, bien gérer son stress avant et après
Action vs no-stress !?…

Autre cas de figure: la pause intervient au milieu d’un moment d’action comme au tennis ou au football. Dans ce contexte pas question de passer à un état de détente et de relaxation totale, il faut pouvoir garder toute son énergie prête à repartir dans l’action. Par contre il va être important et possible de se libérer des effets négatifs du stress emmagasiné jusqu’à présent. Le fait d’être en stress nous déconnecte d’une des parties de notre cerveau  nous faisant perdre une partie de notre potentiel. Selon les personnes, soit on perd la vue analytique des choses, soit c’est la vue globale qui nous échappe. Hors les deux manières d’appréhender les évènements sont nécessaires pour poser les actions justes et rester performant. Pratiquer le mouvement croisé, nommé aussi cross-crawl et issu du Braingym, va justement reconnecter notre cerveau droit et notre cerveau gauche nous redonnant accès à toutes les facettes de notre potentiel. Vous trouverez une description détaillée de cet exercice dans nos livres:  SNS p54, NsNaNt Clef4, et PNS p66. Cet exercice permet ainsi une meilleure collaboration entre la logique et l’intuition , une vue d’ensemble et l’intégration des détails.

Donc en fonction de votre besoin, vous voici en possession de 2 exercices qui pratiqués régulièrement dans la journée vont vous permettre de rester centré sur l’essentiel tout en étant  performant. A vous de mettre en place la stratégie pour  les intégrer de façon à ce que ces 2 exercices deviennent un réflexe au même titre que le brossage des vos dents ou que de se souhaiter bonjour.

Merci à Freedigitalphotos.net pour les photos

Etude de cas: carrière & burnout

Suite à notre demande de nous envoyer vos plus importantes situations de stress nous avons choisi d’évoquer un cas de stress très répandu dans le domaine professionnel mais pouvant aussi toucher le sportif compétiteur, notamment en cas de surentraînement. Mais donnons d’abord la parole à Helivanne :

yFQXASvMuc2p8gvZ

Bonjour Marc, Bonjour Pascale,

Au sujet du stress, mon plus gros stress réside dans ma fatigue professionnelle. Celle-ci envahit mon espace familial et privé. J’ai le sentiment, très fort, d’être actuellement « aspirée » par mon métier. Je suis à la fois en « sur-régime » et malmenée par des émotions pénibles, car la non-maîtrise et l’amplitude de mon emploi du temps professionnel/privé me déstabilise.

Résultat: je suis depuis quelques mois une fatiguée chronique. Gros stress, donc, désormais « traduit » dans mon corps car  j’ai développé une maladie auto-immune (décoloration de la peau). Je suis sure que cette maladie est liée au stress auquel j’ai soumis mon existence. Il devient urgent que je fasse diminuer ce stress pour qu’il n’aie pas ma peau, justement…:-) J’ajoute que cette somatisation intervient après quelques autres qui se sont produites rapidement en l’espace de 2 ans: parodontie, tour de rein, et, dernièrement, perte de sommeil, heureusement ponctuelle.

Que puis-je faire ? Merci pour tous vos conseils, forcément bienvenus.

Hélivanne

Le stress professionnel évoqué est tout à fait équivalent à celui que peut rencontrer un sportif de compétition. En effet tout comme pour une profession, le sportif peut être amener à avoir une carrière avec toute une évolution dans le développement de ses performances ou de son expertise: évolution nécessitant tout un investissement de temps, d’énergie etc.

Lui aussi se doit de mener ce parcours en parallèle à sa vie scolaire ou professionnelle ainsi qu’à sa vie sociale et affective. Trouver et maintenir l’équilibre entre toutes ces facettes de la Vie sans s’épuiser est donc aussi un challenge qui concerne tout compétiteur de la vie (sportifs, cadres, entrepreneur, responsable d’association, …).

Le premier point très important dans le stress que vous évoquez est le fait qu’il dure depuis 2 ans. Il est effectivement possible à l’organisme de fonctionner en sur-régime durant une certaine période mais cela implique qu’il doit y avoir en parallèle et à intervalles réguliers des périodes de récupération. Les sportifs connaissent bien ce processus puisque leur entraînement est basé sur une alternance de sollicitations au maximum de leur organisme avec des phases de repos. Lors d’une compétition ils vont même rechercher  à créer le « stress juste » qui va leur permettre de mobiliser tout leur potentiel le temps de l’épreuve. Par contre aussitôt après il est toujours inclus dans leur programme une phase de récupération avec des activités bien spécifiques.

Rappelons ce qui entre en jeu dès que l’on est en stress: certaines fonctions  de l’organisme comme la digestion ou le système immunitaire vont  être temporairement inhibés  ou ralentis tandis que d’autres vont être au contraire  privilégiés. Tout est fait pour que toutes les ressources de l’organisme soient mobilisées au maximum afin de faire face. Si le stress dure dans le temps nous comprenons bien que cela va avoir des conséquences de plus en plus importantes pouvant affecter notre  santé comme nos capacités intellectuelles ou nos relations. Prenons l’exemple d’une digestion qui ne peut pas se faire dans des conditions optimales et ceci sur une très longue durée: cela signifie que l’assimilation des nutriments et autres oligoéléments  essentiels va être perturbée. Sans ces nutriments la synthèse de nombreuses enzymes ou coenzymes nécessaire pour la constitution des neuro-transmetteurs par exemple ne pourra pas avoir lieu. Conséquences directes notre humeur va s’en trouver affectée nous devenons facilement irritables sans pouvoir adopter une autre attitude, nos facultés de concentration  comme notre mémoire se mettent à nous faire défaut, bref notre efficacité comme la qualité de nos relations vont lentement mais surement glisser sur le mode » dégradé ». En parallèle le manque en nutriments essentiels ne permettra pas la reconstitution des stocks d’énergie. La tendance à aller chercher de la fausse énergie dans des aliments-pièges, comme tous ceux qui contiennent beaucoup de sucre, va venir créer un stress supplémentaire. Si nous regardons les effets du côté du système immunitaire, nous comprenons que les conséquences de « sa mise hors circuit », vont nous rendre plus facilement vulnérables à la moindre bactérie qui passe. Une fois que l’organisme a épuisé toutes ses ressources et réserves d’énergie, on aboutit au burnout une maladie de plus en plus répandue chez les cadres supérieurs.

stress-travail

Chez le sportif c’est principalement  un surentraînement qui peut provoquer un état semblable au burnout.  Les principaux symptômes seront une perte totale de sa motivation: le sportif n’a plus de goût ni de plaisir à pratiquer son activité. Il y a une chute de sa forme physique avec de la fatigue, des troubles du sommeil ou de l’appétit,  une augmentation du risque de blessures, des infections ou maladies plus fréquentes, une humeur perturbée, des difficultés de concentration, etc. Cet état, si l’entourage n’est pas très vigilant et le programme d’entraînement bien déterminé par une équipe de professionnels, est difficilement détectable avant son stade terminal. Hors la seule solution pour en sortir sera plusieurs mois d’arrêt de toute activité sportive . Donc il s’agit d’une décision très lourde pour tout sportif ayant des ambitions de compétiteur. Les phases de récupération ne sont donc pas un luxe mais bien une nécessité vitale si l’on désire tenir sur la longueur et s’assurer de rester au top des ses performances.

Si véritablement on veut faire le choix d’un rythme surhumain il va falloir se créer un certain nombre d’espaces au cours de la journée et de la semaine avec des pratiques  pour que l’organisme puisse se régénérer et reconstituer ses réserves d’énergie. C’est le paradoxe du surbooking: pour ne pas tomber dans le burnout, il va être vital de mettre en place des règles d’hygiène de vie très rigoureuses à ne transiger sous aucun prétexte.

Pour toute personne soumise à un stress chronique, il va être recommandé un minimum d’une demie heure de pratiques matin et une demie heure le soir, tous les jours.

Cela va permettre par exemple, déjà au niveau du mental qui est sursollicité professionnellement, de ne plus être au premier plan et donc de  laisser la place à des capacités de régénérations:

  • Un quart heure de méditation en mettant sa présence dans son corps, associé à
  • Une quinzaine de respirations égyptiennes et finir sur 
  • Un do-in du visage et un tapotage du corps

ceci effectué matin et soir devrait permettre de réduire les effets du stress. Et ceci sera à maintenir en place tant que les conditions de travail ne seront pas modifiées. En parallèle:

  •  Faire 10 minutes de marche contemplative 2 fois par semaine

pour « reposer » le mental est également une mesure à mettre en place et une condition pour ne pas perdre de vue et rester bien attentif à ses besoins essentiels.

Gérer sa carrière sur un stade ou au bureau n’est pas chose aisée surtout en ces temps de sur-sollicitation. L’hygiène de vie reste la solution et la médiation corporelle celle la plus adaptée à notre sur-mentalisation des choses. Vous pourrez retrouver tous les exercices No-Stress décrit en détails dans nos ouvrages : VNS, SNS, PNS, et NsNaNt. Il faut savoir que ce sont ces exercices qui permettent aussi d’atteindre un état de véritable relaxation et un sommeil vraiment réparateur.

Nous comprenons bien toute la difficulté qu’il va y avoir à mettre en place de telles mesures c’est pourquoi il va être nécessaire de se rappeler à chaque instant que dans la balance c’est: où consacrer du temps à récupérer et donc éviter le burnout, où continuer sur sur son rythme et prendre le risque de « brûler » donc de finir en burnout. Une fois de plus c’est garder son objectif bien en vue qui va permettre de se donner les moyens de limiter son stress et de se motiver pour maintenir sa stratégie sur le long terme.

www.vienostress.fr/burn-out ….

Sommeil, stress, réussite, une équation à résoudre

C’est demain ou dans quelques jours que vous vous présentez à une compétition, c’est dans une semaine que vous avez un projet à rendre, un entretien important et pouvoir bien dormir ou du moins bien vous relaxer dans de telles circonstances est plus que vital pour vous.

Introduction

Nous savons tous qu’une bonne qualité de sommeil va être en lien direct avec la qualité de la journée qui va suivre. Nous savons aussi qu’il est nécessaire de mettre en place certaines conditions pour vivre ce fameux sommeil récupérateur.  Mais comment les maintenir malgré les évènements et stress de la journée qui vient de s’écouler ou de celle à venir et préserver son sommeil en laissant ses soucis à la porte de sa chambre?

Qu’est ce qui fait que dans de telles situations nous pouvons avoir soit du mal à nous endormir, soit nous réveiller au milieu de la nuit sans pouvoir nous rendormir, ou nous réveiller bien avant que le réveil ne sonne avec la sensation d’être encore fatigué?  Le stress bien évidemment va être la cause principale de tous ces troubles avec l’éternelle difficulté de ne plus penser soit au passé soit au futur. Nous avons beau savoir que cela ne sert à rien de s’en faire, les pensées sont là s’agitant dans tous les sens avec tous les scénarios-catastrophes qui comme par hasard se mettent à défiler dans notre tête.

Avant une compétition sportive, un examen, ... bien dormir est un point fort et le stress est souvent anti-sommeil
No-stress = Sommeil Ok

Qu’y a-t-il  exactement en jeu derrière le stress?

Dès qu’il y a une modification dans notre environnement, nous allons évaluer l’évènement en fonction de critères liés à notre histoire, à notre éducation, à l’image que nous avons de nous-même et en déduire si nous avons les capacités ou non de faire face. C’est au départ une réaction normale et saine de l’organisme puisque c’est une réaction d’adaptation. Réaction qui s’inscrit automatiquement dans notre physiologie avec la mise en route de toute une stratégie pour assurer la survie de l’organisme dans l’objectif primaire et instinctif de fuir ou attaquer. Notre système nerveux autonome va donc mettre en veilleuse certaines  fonctions comme la digestion,  le système immunitaire etc pour en privilégier d’autres celles qui vont mobiliser le maximum de ressources. Il y aura notamment la libération de  certaines hormones comme l’adrénaline et la noradrénaline.

Le fait que ce soit le système nerveux dit autonome qui entre en jeu explique déjà pourquoi la raison, le mental n’auront aucune prise sur le phénomène qui s’enclenche quand on rentre en stress. En effet ce système appelé également système neurovégétatif s’occupe d’assurer toutes les fonctions automatiques de l’organisme donc toutes celles où il n’y a pas besoin de notre contrôle volontaire. Effectivement pas besoin de penser à digérer à respirer ou à faire battre son cœur cela se passe sans notre intervention.  La seule fonction où notre volonté peut agir et donc avoir un impact  ce sera  la respiration. Et là vous comprenez en quoi tout exercice de respiration va déjà être une clé dans la gestion du stress quel qu’il soit.

Si nous pensons à la situation où nous doutons de nos capacités à « faire face », l’état de stress va s’installer et s’amplifier. Il générera des sentiments négatifs avec un cortège de symptômes venant renforcer le sentiment de mal-être et approfondir le malaise. Dès que cela dure dans le temps,  toutes sortes de manifestations peuvent se produire dont des troubles du sommeil, une perte de motivation, des difficultés de concentration: on a la tête ailleurs, on voit tout en noir, on oublie des consignes etc.

Comment sortir de ce cycle infernal?

Première chose en ce qui concerne le sommeil: respectez au maximum les règles de base vous assurant de bonnes conditions pour dormir, bref, préparez votre sommeil!

Une heure avant d’aller vous coucher baisser au maximum les sources de lumière en privilégiant les lumières tamisées. Vous envoyez ainsi le signal à votre organisme que la nuit est là. Cet abaissement de la lumière va contribuer entre autres à activer la sécrétion de mélatonine l’hormone du sommeil qui est impliqué dans le déclenchement du sommeil.

Toujours une heure avant de vous apprêter à aller dormir cesser toute activité telle que le travail sur ordinateur ainsi que ce qui serait susceptible de créer une stimulation visuelle, auditive, ou cérébrale. Passer à des activités calmes et  relaxantes. Une de ses activités peut être un bain à 32 degrés . Les bains chauds sont reconnus et utilisés en thalasso pour leurs effets relaxants et calmants. Pour en retirer le maximum de bénéfices il faut veiller à pouvoir être immergé jusqu’en haut du cou. Ce bain peut durer entre 10 et 20 minutes. Ensuite, il faudra vous envelopper d’une serviette que vous aurez préalablement mise sur un radiateur de façon à ce qu’elle soit chaude et que vous n’ayez pas froid. S’allonger ainsi et, bien sûr, si le sommeil est au rendez-vous, laissez-vous glisser dans les bras de Morphé!

Le bain est un outil millenaire de gestion du stress
Le bain est un très bon outil anti-stress.

Respecter les premiers signes d’apparition du sommeil en vous couchant dès qu’ils se manifestent. Des yeux qui piquent ou qui clignent, des bâillements, les paupières lourdes votre organisme est prêt pour entrer dans une période de repos et de régénération. Souvenez-vous que cette envie de dormir, ce passage où tout en vous est ok pour aller dormir ne dure pas plus de 15 minutes. Si vous passez ces 15 mn il vous faudra attendre le cycle suivant soit 90 autres minutes avant de retrouver les mêmes conditions optimum pour aller vous reposer. Si vous êtes allés vous coucher et qu’au bout de 15 mn le sommeil n’est pas venu, inutile de tournez en rond dans votre lit, relevez-vous et choisissez de faire une activité la plus calme possible en attendant que les fameuses 90 mn se passent.

Et si malgré toute la mise en place de ces éléments vous ne réussissez toujours pas à dormir votre seule solution va être de passer par le corps et notamment la respiration. Nous avons vu dans l’un des paragraphes précédents qu’en cas de stress c’est la seule fonction sur laquelle nous pouvons agir avec notre volonté. Le principe va être de centrer votre attention sur cette dernière est de chercher à avoir un inspir qui se fasse sur le même temps que l’expir.

Technique anti-stress puissante : la respiration circulaire
Respiration circulaire : la seule technique où notre volonté peut agir vers le no-stress

Vu l’importance de cette approche – à médiation corporelle, donc toujours efficace même si votre mental s’emballe-, vous retrouverez les explications détaillées dans tous nos ouvrages avec de très nombreuses applications:

  • SNS p34-37, 62, 68 et 84
  • NsNaNt Sol1 et  Clef5
  • VNS p42, 60, 72 et 80
  • PNS p82, 128, 202, 208, 226 et 244

Progressivement et naturellement, le fait de porter votre attention sur la respiration et d’occuper votre mental comme expliqué dans les exercices, va vous faire gagner en calme , en relaxation t créer les conditions d’endormissements adéquates.

Conclusion

Comme dans tout problème lié au bien-être chaque fois que l’on peut faire de la prévention, et donc mettre en place des stratégies afin de réduire son stress, nous serons toujours gagnants. Le cas du sommeil où il est possible d’anticiper en favorisant  tout ce qui peut permettre d’augmenter ses facultés de récupération est typique de cette prévention permettant ensuite une gestion du stress plus facile. Prendre dès le départ de bonnes habitudes, les mettre en place avec nos enfants, à travers des actes quotidiens tous simples va être ce qui peut nous assurer le plus surement des nuits no-stress.

Bienvenue sur Passeport No-Stress

>>> Vers Ethérapie.fr

Afin d’optimiser notre potentiel il faut être au top de sa forme et capable à chaque instant de faire face, de donner le meilleur de soi-même bref d’être un « superman » ou une « super-women », d’être un champion dans une multitude de disciplines! Un challenge qui n’est possible que si l’on maîtrise les nombreux stress liés aux imprévus et à la pression du système. Tous les domaines pouvant être concernés, les exigences, qu’elles soient d’ordre professionnelles ou privées, auront malheureusement des retombées sur notre équilibre personnel et donc sur notre performance si l’on ne maîtrise pas le stress. Restez « No-Stress » est la clef de la réussite optimale, de la performance.

Mémento du Sport anti-stressMémento de la vie anti-stress

Mémento de la Vie No Stress et Sport No Stress : des livres pour la performance

Que ce soit dans la pratique d’une activité Professionnelle ou dans un cadre plus Familial ou encore dans la pratique d’un Sport, la gestion des stress de vie est un avantage concurrentiel indéniable, un plus inégalable. Ce blog, et les livres et sites associés, vous proposent une approche novatrice où votre corps est à la fois votre mentor, votre coach, et votre meilleur ami! On parle de gestion du stress par la médiation corporelle si le stress est déjà déclenché et d’optimisation des performances quand on anticipe le stress. Qi-gong, Yoga, Mouvement neurosensoriel, … toutes ces approches sont actuellement validées à 100% par les neurosciences via la plasticité neuronale (dite aussi approche cerveau droit). Alors, plus d’hésitation, plongez dans l’univers « No-Stress » et arrivez enfin à un état de vraie performance qui optimise votre potentiel.

Commander maintenant Sport No Stress, le livre des outils de dstress     Commander maintenant ...   Commander maintenant le livre...   Commander maintenant ...   Commander maintenant ...   Commander maintenant ...   Commander maintenant ...

Si vous voulez un coaching personnel ou développer une approche « No-stress » dans votre entreprise ou votre association, n’hésitez pas à nous contacter au 06-20-45-98-42.


Accès direct aux catégories >>> Vie no-stress | Compet. no-stress |  Sport | Yoga | Qi-gong, ou parcourrez le sommaire thématique