Étiquette : marche

SDPO & Ultra-Trail

SPORT – RUNNER – RUNNEUZE

Dans le cadre de SDPO-Mag (Sport Développement Performance Organisation Magazine) nous publions des articles « 100% sport »:

Mais SDPO c’est avant tout l’œuvre d’un précurseur de la course Aventure : Jean Claude Le Cornec. Il démarre l’aventure sportive pour la première fois en Août 1996 avec les Foulées de la Soie (premier Raid pédestre organisé en Chine sur la Route de la Soie) et dans leur prolongement, l’accompagnement au Marathon de Pékin, puis Shanghai!

Les foulées de la soieDepuis Jean Claude continue à œuvrer pour le sport, la course plus particulièrement et il partage tout son savoir via des articles très pointus sur la course de fond. Sa fille Amandine, également spécialiste de la course, enrichit également ce blog qui est une vraie mine d’or pour celles et ceux qui veulent « courir intelligent » ou comme le dit le slogan de SDPO : « Si courir ou marcher était notre seul but, nous passerions à côté de moments inoubliables ».

Prochainement, le 23 janvier 2016, une première mondiale, une course de fond au Cambodge dans le célèbre lieu du temple de Angkor! Un « Ultra Trail » de 32km à 128km en marchant ou en courant bien sûr. Et pour mieux découvrir ce paysage, ce pays (et amortir le prix du voyage), SDPO propose une offre très intéressante: 579€ en hôtel 3* pour une semaine en demi pension avec visite du site archéologique d’Angkor, …dépaysement garanti !

Ultra Trail d' AngkorAlors n’hésitez pas, faite un saut sur le blog de SDPO et contacter Jean-Claude si vous sentez que votre entreprise est partante pour ce type d’évènement.

Sportivement, mais sans stress

Marc

 

Partenariat Sportif

Dans le cadre de la promotion de l’approche à médiation corporelle en gestion du stress, Sport No Stress, bénévolement, s’associe à des évènements sportifs.  Voici nos actions pour 2015.

1- Comité de rédaction SDPO

SDPO est une organisation très active en matière d’évènements sportifs internationaux pour les coureurs. Pa exemple, depuis 20 ans, SDPO organise les « Foulées de la Soie » en Asie. Les bénéfices, s’il y en a, sont reversés aux organismes humanitaires du pays d’accueil ou à l’association caritative « Monsieur Nez Rouge« .

Foulées de la soie (Inde 2013)
Foulées de la soie (Inde 2013)

Sur le site de SDPO vous trouverez de très bon articles avec des conseils très pertinents pour les « Runneurs et Runneuzes » sous la rubrique « SDPO-MAG« .

Nous sommes donc partenaires officiels comme l’indique la page « Sport No Stress » et,  comme premier article, vous pourrez retrouvez celui sur le stress et le bruit : LE SON, AMI OU ENNEMI DU SPORTIF ?. De nouveaux articles inédits sont en préparation, mais nous vous conseillons tout de suite celui de Denis Riché : CONNAISSEZ-VOUS L’ENTRAÎNEMENT « INVISIBLE » ?. Vous y découvrirez une approche systémique rare nommée ici « pensée complexe ».

Enfin, l’idée nouvelle pour l’épreuve de janvier 2016, l’Ultra-Trail de Angkor est de s’appuyer sur les grandes entreprises afin qu’elles sponsorisent leur équipe. En effet, parmi le personnel des entreprises, de nombreuses personnes courent régulièrement, qu’elles soient cadres, opérateurs, magasiniers, …. Via l’Ultra Trail, c’est l’occasion de créer l’évènement et la solidarité autour d’une activité sportive : « Courir intelligemment » en créant une équipe de 4 pour les 128km en 4 fois 32 km. (Contactez-nous si vous voulez un dossier complet de sponsorisation).

2- Comité de rédaction AEIFA

Dans l’idée de faire passer le message de la médiation corporelle comme outil de gestion du stress, nous rentrons dans le comité de rédaction de la revue de l’Amicale des Entraîneurs d’Athlétisme . Cette revue papier distribuée largement auprès des entraîneurs répercute ses principaux articles sur le site. Ainsi nos articles liés à la gestion du stress apparaîtront à la rubrique « Outils pour l’entraîneur » ou vous pouvez déjà découvrir les très bons articles de Nadine Debois dont : « Surentraînement et burnout : Comment le repérer chez l’athlète ?« .

Vers les site de l'Amicale des Entraîneurs d’Athlétisme

 3- Sponsoring de la World Wild Runneuze

Maud est une voyageuse qui va, pendant 2 ans, courir plus de 30 courses à pied dans le monde pour répondre à sa quête : « Est ce que les « runneuzes » africaines, asiatiques, australiennes ou sud américaines ont la même vision de la course que moi ? « .

Pour soutenir cette quête existentielle, nous lui avons proposer un coaching… No-Stress évidemment. Avant son départ nous avons donc mis au point les bases et pendant son périple, via skype, nous lui assurerons nos services.

Elle est partie le 15 janvier pour sa première étape au Kenya. Si vous voulez découvrir le trajet et les étapes en détails cliquez sur la carte :

Circuit de Maud
Circuit de Maud

Enfin sachez que Maud entreprend ce périple au profit de la Fondation Motrice qui a pour objectif de faciliter la vie quotidienne des personnes atteintes de paralysie cérébrale.

http://www.worldwildrunneuze.com

Bac No Stress

Quand  c’est le moment pour tous les  futurs bacheliers de  planifier et d’organiser ses journées de révision afin d’être au top le jour J, le stress monte …

Stress du baccalaureat
Stress du baccalauréat : avant et pendant

Bac No Stress en Kindle

Pour celles et ceux qui veulent utiliser l’approche No Stress et qui n’ont pas les livres de références (10€50 seulement dans toutes les librairies), nous vous proposons à un prix « spécial étudiant » un ebook qui reprend, en plus des explications nécessaires à la compréhension, la description complète de TOUS les exercices.

Bac No Stress  en kindle
Bac No Stress en ebook Kindle

Une mine de trucs et de conseils faciles à appliquer. L’avantage de la médiation corporelle c’est qu’il suffit de « faire » pour obtenir de suite des résultats.

Sommaire du livre :

  • Introduction
  • 1- Tenir compte des « coachs »
  • 2- Le planning
  • 3- Une pause toutes les heures
  • 4- Hypertonix du cou
  • 5- Le palming
  • 6- Le Cross Crawl
  • 7- La pause du midi
  • 8- La pause du soir
  • 9- Respiration cohérente
  • 10- Le jour de l’examen
  • Conclusion
  • Autres pistes
  • Les auteurs

Si vous ne connaissez pas le format Kindle faite un saut sur l’article « Lire un Kindle ». Il s’agit d’un format dont la visionneuse existe pour tous les smartphones, toutes les tablettes et bien sûr tous les ordinateurs. Vous le trouverez exclusivement sur Amazon.

>>> Vers le communiqué de presse….

Le podomètre une astuce pour bouger plus

Bouger c’est la santé, mais comment savoir si nous bougeons suffisamment pour préserver notre capital santé? Quels sont les critères qui peuvent nous servir de repères pour estimer nos comportements dans ce domaine et bien sûr comment  les modifier si nécessaire ?

Mode de vie actif ou sédentaire?

 L’INPS ( l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé) parmi ses différents  indicateurs de santé tel que celui de l’alimentation,  fait aussi référence à un certain niveau d’activités physiques au quotidien. Pour  évaluer si ce niveau d’activités est  satisfaisant ou non, il a été établi que 10 000 pas par jour avait un impact direct sur le maintien d’une bonne santé.

Les pas, la marche, le podomètre
Les pas, la marche, le podomètre

Nos conditions de vie ont considérablement évolué depuis 50 ans. Si elles ont apporté beaucoup de confort, elles ont aussi favorisé un mode de vie très sédentaire. Que l’on considère nos déplacements presque toujours motorisés, les ascenseurs, les escaliers roulants ou bien le domaine des loisirs avec la télévision, les jeux vidéo, l’ordinateur, bouger est de moins en moins à l’œuvre dans notre quotidien. Hors nous connaissons tous les bienfaits de l’activité physique dans la prévention de certaines maladies comme  l’obésité, le diabète, les maladies cardio-vasculaires, l’ostéoporose, etc. Ou, plus directement encore, dans la gestion du stress. Faire un petit bilan physique  de nos activités quotidiennes peut donc s’avérer très intéressant et utile pour se situer par rapport à ce chiffre de 10 000 pas par jour. C’est en cela que l’usage d’un podomètre va se révéler être une excellente ressource. L’objectif étant de compter ses pas au cours d’une journée vous n’avez pas besoin d’acheter un appareil très sophistiqué. Donc le coût peut être très raisonnable: moins de 10€ et même moins de 5€!

81OOSKBlXzL._AA1500_

Le podomètre, mode d’emploi

Qu’est ce qu’un podomètre? Il s’agit d’un petit appareil très discret que l’on accroche à sa ceinture et qui va enregistrer les vibrations verticales  du corps et mesurer ainsi le nombre de pas que vous faites. Il doit être porté droit, tout contre le corps. Pour savoir s’il est bien placé, faire une vingtaine de pas et vérifiez qu’ils ont bien été enregistrés. Il est possible de l’étalonner selon la longueur de votre foulée, ce qui vous donnera en plus une estimation de la distance que vous avez parcourue. Pour cela il suffira de compter le nombre de pas pour parcourir une distance de dix mètres. Ensuite vous diviserez ces dix mètres par le nombre de pas observés. Vous enregistrerez ce chiffre dans l’appareil ce qui lui permettra de calculer les distances correspondantes au nombre de pas que vous aurez effectués sur un trajet ou au cours de votre journée. Il existe plusieurs types de podomètres du plus simple au plus sophistiqués, ces derniers pouvant vous donner votre dépense énergétique, votre vitesse, la fréquence cardiaque ou le temps passé pour effectuer telle distance. Ce qui nous importe, dans le cadre de cet article, c’est essentiellement d’avoir un indicateur de niveau d’activité physique quotidien.

Vers un choix de Podomètres
Podomètre

Une fois acquis votre podomètre vous allez l’installer dès le matin au moment ou vous vous habillez et vous ne le retirerez que le soir au coucher.Vous noterez sur un cahier le nombre de pas de votre journée. Si vous avez une séance de sport au cours de la journée vous retirerez le podomètre car l’ objectif est de prendre conscience du mode de vie que vous avez installé: sédentaire ou actif?Un mode de vie sédentaire se caractérise par des activités ou l’on ne bouge pas ou très peu ce qui crée des moyennes en dessous de 7 000 pas.

Les astuces pour bouger plus

Si vous rentrez dans ce cas, vous savez que vous auriez un grand intérêt à modifier vos comportements et à introduire un minimum d’activités physiques dans vos journées. Pour modifier ses comportements, l’astuce va être de rallonger les temps de marche et donc de repérer à quel moment de la journée vous pouvez faire quelques pas supplémentaires, histoire de faire évoluer votre moyenne et d’atteindre, dans un premier temps, les fameux 7 000 pas minimum requis. Sortir du métro ou du bus une ou deux stations avant votre arrêt habituel, garer votre voiture un peu plus loin que votre lieu de travail, aller chercher le pain à pied, choisir une boite aux lettres dans un autre quartier ou prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur. Bref multiplier les pas à chaque occasion. Et avec votre podomètre vous allez tout de suite pouvoir observer le gain en nombre de pas de chacune de vos modifications. C’est comme si vous aviez un coach qui vous accompagne et est en mesure de vous dire à chaque instant où vous vous en êtes et les progrès réalisés. L’envie d’en faire plus, d’augmenter le nombre de pas de savoir quelle distance il y a entre la maison et l’école des enfants, tout cela peut constituer des petits challenges amusants et motivants.

Une fois une estimation faite de votre mode de vie et votre rapport avec ses fameux 10 000 pas vous comprendrez pourquoi l’ INPS préconise 30 minutes de marche rapide tous les jours  ce qui équivaut à environ 3 000  pas. Il a été prouvé que, pour incorporer de l’activité physique, il n’était pas forcément besoin que ce soit une activité très intense. En effet les bénéfices sont plutôt proportionnels à la quantité d’activité physique plus qu’à son intensité. Donc une activité physique toute simple comme la marche tient ses bienfaits également de la régularité avec laquelle on la pratique.

La marche, une nécessité pour la forme.
La marche, une nécessité pour la forme.

Pour ceux qui aiment les chiffres et pour donner une petite idée de ce que représentent 10 000 pas  en terme de temps de marche voici quelques exemples:

  • une marche lente, soit 80 pas/minute, correspondra à  une heure trente de marche.
  • une marche normale, soit 100 pas/ minute, renvoie à une heure dix de marche
  • une marche rapide, soit 120 pas/ minute, exige une heure de marche.
  • une marche très rapide, 140 pas / minutes, se fera en cinquante minutes.

Conclusion

Le podomètre est intéressant dans un premier temps pour prendre conscience de notre mode de vie. En effet  même si nous sentons bien que celle-ci est sédentaire le voir écrit noir sur blanc via le nombre de pas sur le podomètre fait que nous ne pouvons plus l’ ignorer. A cet instant là, nous avons le choix de décider de faire autrement. Faire appel à notre créativité pour réintégrer plus de pas dans nos déplacements quotidiens et s’accorder une demie heure de marche rapide tous les jours va être un challenge important puisque ne l’oublions pas: c’est de notre santé et de notre futur dont il s’agit!

Alors à « vos marches », bons pas et bonne santé.

Jogging is stress ?…!

JOGGING : Précisions …

courir-01

Suite à la sortie de notre livre « Sport-No-Stress » les réactions ont été vives du côté des joggeurs. En effet, dans notre livre – orienté gestion du stress bien sûr -,  le jogging urbain n’est pas considéré comme un sport bienfaisant pour la gestion du stress contrairement à la course à pied comme on la pratique en Athlétisme ou dans le cadre de l’entraînement dans beaucoup de sport.

Bien sûr, un large encart explique notre position qui surprend voir met en colère! L’objectif de cet article est, d’une part d’exposer notre position même à celles et ceux qui n’ont pas acheté le livre, et d’autre part, de prendre plus de temps et de place pour préciser cette prise de risque vis à vis du phénomène de mode « jogging ».

Un peu d’histoire…

Le jogging est une pratique qui a démarré dans les années 1970  aux  États-Unis. Présentée comme une méthode pour rester en forme, évacuer son stress ou pour maigrir, son objectif ne vise pas la compétition mais le bien-être. Hors cette activité, sous son apparente simplicité, réserve bien des pièges pour celui qui ne s’est pas informé au préalable des conditions de sa pratique. Et un mauvaise usage sur le long terme est le plus souvent source de stress et de traumatismes que de bienfaits.

Athlétisme : oui , Jogging : non
La course à pied nécessite un cadre comme l’ Athlétisme.

Avant qu’il ne devienne à la mode, le principe du footing existait déjà. Mais c’était en tant qu ‘exercice d’endurance dans le cadre d’un programme d’ entraînement de fond nécessaire à la pratique d’un autre sport. Le fait de sortir cette activité de son contexte et de son objectif initial, tout comme son apparente simplicité à mettre en œuvre a fait oublié un certain nombre de règles de bases pourtant essentielles. C’est ainsi que les effets bénéfiques escomptés peuvent se trouver totalement inversés et même certains risques survenir parce que certaines précautions n’ont pas été prises dès le départ.

Mais tout le monde sait courir non ?

Tout le monde sait courir, mais courir n’est pas bénéfique pour tout le monde. Tout comme il y a des périodes de sa vie où courir est adapté et d’autres ou courir peut être dangereux. Le fait que le jogging soit une activité totalement autonome par exemple:

  • elle n’est pas tributaire d’un lieu ou d’un horaire,
  • que l’on puisse être seul à décider de sa fréquence, de ses objectifs,

renforce le sentiment que courir est à la portée de tout le monde. Hors de nombreux facteurs sont à prendre en compte et à connaître comme nous allons le découvrir.

Qu’en dit la science ?

Notre morphologie est le premier élément qui peut se révéler  une vraie contre-indication. Chaque foulée va venir multiplier les impacts avec le sol. Sachant que, lorsque nous courons, chacun de nos pieds va toucher environ 500 fois le sol par kilomètre, cela signifie qu’un homme de 70 kilos va ainsi encaisser une pression de 35 tonnes par pied, soit un total de 70 tonnes par kilomètre ! Nous comprenons bien pourquoi toute anomalie de la voûte plantaire, tout problème au niveau des genoux ou des chevilles peut aboutir à des risques de blessures, de tendinites, de douleurs au niveau du dos ou d’une articulation. Des jambes de longueurs inégales ou arquées,  des soucis avec les points d’appui de ses doigts de pieds et nos tendons comme nos muscles ou nos articulations vont être sur-sollicités par la course, aboutissant à des micro-traumatismes et la création de zones inflammatoires.

Qu’en dit le médecin ?

Notre état de santé est également un élément dont il faut tenir compte. Ainsi le sur-poids est  un facteur contre-indiquant pour la pratique du  jogging. Nous comprenons aisément pourquoi suite aux explications du paragraphe précédent. Toute personne fumeuse ou hypertendue, diabétique ou ayant un taux de cholestérol élevé comme ayant plus de 40 ans est susceptible de présenter des risques à vouloir se mettre à courir. Donc une visite médicale incluant un électrocardiogramme au repos, un test à l’effort, un examen de ses voûtes plantaires et donc un avis médical, devrait être faite et est fortement recommandée avant de commencer à pratiquer le jogging.

Le jogging en ville pour les non sportifs est une source de stress.
Le jogging pour les non-sportifs est stresseur

Alors, comment bien courir ?

Le troisième point qui va être important à se rappeler c’est le fait que: « courir s’apprend ». Si la technique en elle-même est naturelle parce que l’on sait très bien poser son pied sur le sol, lever les genoux ou balancer les bras, gérer l’intensité de son effort est tout un art. Courir est une activité d’endurance et va donc solliciter de façon continue le système cardio-vasculaire ainsi que le système respiratoire. Trop souvent le débutant oublie, que l’objectif et le challenge du joggeur, c’est de trouver le bon rythme sans être essoufflé, ni souffrir d’un point de côté. La croyance que: plus je cours vite et longtemps, donc plus je souffre, plus l’entraînement est efficace est hélas monnaie courante. Hors c’est une grossière erreur. Alors qu’est ce qu’on appelle le bon rythme? Cela va être celui qui permet de pouvoir, à chaque instant de sa course, rester en aisance respiratoire, c’est à dire d’être capable de tenir une conversation tout en courant. Cela implique que chacun aura son rythme. Se baser sur le rythme d’un autre, pour rendre son entraînement plus efficace va donc être un leurre. Vouloir aller vite comme faire de grandes distances n’est donc pas un gage de meilleure forme mais au contraire peut venir favoriser le risque d’user son organisme prématurément. Ce point est essentiel car il nous rappelle l’importance de mettre au point une vraie progression de son entraînement. L’objectif n’est pas de créer du stress mais de rester dans le plaisir et d’en revenir dynamisé et non épuisé. Il est essentiel de laisser le temps à son organisme de s’adapter et de se transformer, donc il est essentiel  de le respecter. C’est pour cela que les professionnels préconisent à tout débutant de commencer d’abord par une marche sur 200-300 mètres puis se mettre à courir lentement pendant 30 secondes (et oui pas plus longtemps!), marcher de nouveau une minute, courir lentement 30 secondes etc ceci pendant les 30 minutes de jogging. Répéter 3 fois par semaine pendant 2 semaines avant de commencer à alterner une minute de marche et une minute de course lente. Nous voyons bien que cette démarche exige à la fois de la patience et de l’assiduité dans le respect de son déroulement. Le test pour savoir si vous êtes juste et écologique dans votre façon de progresser et d’aborder votre activité, c’est si à la fin de vos 30 minutes vous vous dites que vous auriez pu en faire plus. Laisser du temps à notre organisme pour s’adapter à l’effort est essentiel.

jogging-chaussure_1

Qu’en disent les professionnels du sport ?

Courir exige de se préparer et de connaître certaines règles. Hors celles-ci peuvent se révéler très compliquées. Prenons un exemple:  il y a 7 types de terrains différents répertoriés par les professionnels sur lesquels on peut être amené à courir. Chacun va avoir une façon spécifique de mobiliser l’organisme et exiger une adaptation en conséquence. Dans l’absolu correspondra un type de chaussures par type de terrain  pour aider à compenser et atténuer les effets négatifs de chaque qualité de sol.

Autre exemple: Vous avez décidé de courir sur la plage pieds nus ce qui est excellent pour la proprioception et travailler la stabilité de ses chevilles. Savez vous qu’il est recommandé de courir en alternant un passage sur du sable mouillé (de nature ferme)et un passage sur sable sec (très meuble). Savez vous qu’il ne faut pas courir toujours dans le même sens si on ne veut pas mettre en stress ses hanches? En effet  au bord de l’eau il y a toujours une pente. Et donc on est amené à courir avec une jambe plus haute que l’autre d’où la nécessité de faire un parcours aller-retour. Si on court trop longtemps c’est le tendon d’Achille qui risque d’être trop sollicité et étiré. Je n’évoquerai pas le problème des objets ou autres coquillages plus ou moins coupants qui exigent l’inverse d’une attitude détendue et cool. Rien qu’à travers ce petit exemple on voit comme c’est difficile de ne pas créer de stress malgré soi à un niveau ou un autre.

Le jogging sur la plage n'est pas sans piège
Même le jogging sur la plage n’est pas sans piège

Nous voyons bien combien la pratique du jogging – si l’on désire en faire une activité positive – exige une bonne connaissance des conditions de sa pratique. Si nous comparons avec la marche, à bienfait égal sur le plan d’une activité cardio-training, celle ci ne présente aucun inconvénient ni risque pour la santé alors que courir outre le fait de nécessiter un apprentissage, par les impacts transmis par le sol sur l’ensemble des articulations et des chaines musculaires, traumatise à long terme l’organisme et peut être à l’origine de blessures, d’inflammation des tendons, d’usure prématurée des certaines articulation, etc.

Dernière remarque: Souvent le jogging est utilisé et vécu comme outil de gestion du stress. Si dans un premier temps effectivement cette activité peut être une aide efficace pour éliminer son stress, cela ne signifie pas que l’on sait gérer son stress.  Le piège peut vite se créer. Pourquoi? Tout simplement parce que la personne va confondre le moyen et l’objectif qui voudrait que l’on recherche comment ne pas rentrer ou demeurer dans la situation qui nous  stresse. Le risque, dans ce cas là, va être de vivre le jogging comme une activité de compensation. Le leurre c’est qu’au départ c’est une bonne solution donc on en ressent et retire effectivement du mieux-être.  Du coup, on perd de vue le fait qu’il y a la nécessité de faire évoluer en amont la situation qui génère le stress. Le besoin de courir de plus en plus longtemps, de plus en plus souvent va s’imposer comme une nécessité vitale avec son lot de conséquences sur le plan physique, familiale etc. Ainsi d’autres sources de stress vont apparaître dans d’autres domaines.

Conclusion

Nous avons donc volontairement distinguer le « Jogging phénomène de mode » de « la course à pied » base de l’Athlétisme et de tout programme d’endurance en sports encadrés. La course à pied est bien présente dans notre ouvrage mais sous l’étiquette « Athlétisme », et dans ce cadre c’est une excellente pratique.

En dehors d’une pratique en club de la course, c’est la marche sportive qui sera souvent une bien meilleure solution que le jogging.

En conclusion, dans cette pratique si spécifique du jogging, la vigilance doit être une règle. Être conscient de ce qui nous motive à courir, de la façon dont nous nous préparons et en respectons les règles va être très important si nous ne voulons créer plus de stress par ailleurs et sous d’autres formes .

Merci à Fond-ecran.net, Freepik.com et 123rf.com pour les images qui illustrent cet article.

Un truc anti-stress génial !

Comment rester stable dans le grand tourbillon de son quotidien? Comment ne pas perdre le nord ou la tête ? Et si la réponse était tout simplement le sport, mais pas forcément une pratique complexe ou contraignante, non, une pratique simple comme la marche…

Stress et société

L’impact du stress sur la santé, sur les relations familiales, sur les performances en tous genres intellectuelles, sportives, ou sur la réussite professionnelle n’est plus à prouver depuis longtemps. Les recherches dans ce domaine sont édifiantes. Par contre aucune réelle démarche n’est faite tant au niveau politique que sociale pour prendre des mesures visant à réduire ce stress au sein des entreprises ou autres. C’est donc bien à nous de prendre en charge notre bien-être, et d’apprendre à lutter efficacement contre le stress.

Les fiches 16, 17 et 18 du livre « SPORT NO STRESS »  (pages 32 à 37) vont vous permettre de connaître les 3 sports universels anti-stress. Parmi ceux-ci figure la marche que nous développons plus en avant ici.

Sport No Stress : le livre
Sport No Stress : le livre

La pratique d’un sport est une des principales mesures reconnues et recommandées pour diminuer les effets du stress. C’est à nous de décider de nous en donner les moyens et de les appliquer. Et là va venir s’interposer notre avocat du diable préféré, ce fameux mental avec tous ses arguments, pour qui changer ses habitudes est signe de risques de perte de pouvoir. Pour lui faire face, il va être nécessaire d’avoir une parade implacable: il vous oppose le coût « exorbitant » d’un abonnement à la salle de gym ou du matériel vous lui répondez « j’ai déjà des chaussures ». Il prétexte le manque de temps vous lui répliquez la pause de midi, les 5 minutes pour aller à la boulangerie ou au pressing etc. Il se moque et rigole à l’avance car il vous sent bien galérer à apprendre une nouvelle technique et vous lui répondrez: « je sais le faire depuis l’âge de 18 mois ». Et là de guerre lasse, s’il vous dit: « on verra bien dans un mois » vous savez que vous avez gagner! Pourquoi va t il être aussi facile de lui couper l’herbe sous le pied? Car votre choix pour lutter contre le stress est un art justement à portée de vos pieds, et ils sont à votre disposition 24h sur 24h ne demandant qu’à vous accompagner!

Comment « ça marche »?

Quand nous marchons nous faisons travailler en même temps de nombreuses parties de notre corps et donc de nombreux muscles. En parallèle dès que nous allons marcher d’un bon pas nous allons solliciter notre système cardio-respiratoire  avec une amélioration de notre circulation sanguine, une meilleure oxygénation des tissus et la libération d’endorphines les fameuses hormones du plaisir. Hors les récepteurs d’endorphines sont présents partout dans  la peau, le cœur, l’estomac etc. d’où un effet de détente et d’apaisement.

Marche no-stress, un moyen anti-stress facile et efficace
Un anti-stress : les pieds !

Il va être obtenu rapidement, au bout de 10 min de marche d’un bon pas, cet effet dstress est déjà actif et vient effacer la fatigue »nerveuse ». On va avoir une réduction de l’anxiété, de la tension et de la pression artérielle. Côté énergie, si on compare une marche rapide de 10 minutes et l’absorption d’une tablette de chocolat dans l’immédiat on a les mêmes effets physiologiques et psychologiques. Mais 30 minutes  après, l’effet du sucre va s’inverser et créer un état de somnolence, fatigue, irritabilité due la libération d’insuline dans le sang. Celle-ci a provoqué une hypoglycémie et on a envie de remanger du sucre: un cercle vicieux est lancé. Par contre si vous avez été marcher l’effet positif reste actif pendant 2 heures. Si vous faîtes cela régulièrement vous bénéficiez d’autres effets à long terme sur toute votre santé. Quand nous sommes en stress nous sommes dans la confusion. Hors la marche est un mouvement de coordination et d’harmonie naturelle puisqu’elle nous fait vivre à chaque instant l’équilibre dans le déséquilibre. Elle va venir nous remettre en quelque sorte les idées en place, nous rendre l’esprit plus clair.

Quelle est « la marche » à suivre ?

Plusieurs types de marche sont déstressantes. Ce qui variera d’un type à l’autre c’est la cadence, la façon de respirer ou encore, là où se portera notre choix de poser son attention. Il sera important à chaque fois de se tenir droit , de regarder au loin (dans la mesure du possible) et de penser aussi à sourire. En effet en conjuguant le mouvement et le sourire vous allez aussitôt orienter votre état d’esprit et votre posture vers une attitude d’ouverture créatrice de dynamisme.

La marche rapide aura une action plus physique puisqu’elle mobilisera davantage l’organisme. Vous pouvez la renforcer avec un balancé des bras. Positionnés à 90° ce sont les épaules qui devront initier le mouvement de propulsion en avant. Vous balancerez les bras à tour de rôle en les gardant près du corps, le bras gauche avançant en même temps que la jambe droite, puis inversement. Ne pas serrer les poings, le pouce est au contact des autres doigts sans serrer. On peut l’accompagner d’une phrase que l’on répète dans sa tête afin d’occuper le mental tout en favorisant un état intérieur positif comme » j’avance dans la vie » ou « je dis oui à la vie ».

La marche contemplative peut prendre différentes formes. Vous pouvez choisir de mettre votre attention dans votre corps et le déroulé de vos pas. Le talon touche le sol en premier la cheville est fléchie à 45° puis le pied se déroule sur toute sa longueur et le poids du corps se place  sur l’avant. Quand le pied est à plat, la plante de l’autre pied se soulève… En étant attentif à chaque pas, donc à chaque mouvement vous développez la conscience de votre corps vous installez une présence à vous même qui vous emmène vers la conscience d’être. Marcher pieds nus sur une pelouse ou une plage va ajouter un plus à votre marche si vous avez le privilège de profiter d’un tel contexte. Une autre approche peut être de  développer une vision dite périphérique en privilégiant « voir » plutôt que « regarder » qui est une attitude enseignée dans la pratique de certaines méditations. Quand on regarde quelque chose on se situe aussitôt à l’extérieur, on est dans une attention active en développant « un point de vue ». Voir signifie se mettre dans une attention passive qui nous place aussitôt à l’intérieur de ce que l’on voit. Ce type de vision crée un état méditatif où le mental ne peut plus interférer puisqu’il n’a plus de point de vue, il ne peut plus donner son point de vue.

La marche afghane tient son nom de la marche pratiquée par les chameliers afghans et qui leur permet de parcourir des kilomètres dans des montagnes désertiques sans ressentir de fatigue. Elle est entièrement décrite dans la fiche 17 p34 et 35 du livre SPORT NO STRESS. C’est une marche spectaculairement régénérante et qui peut se pratiquer en milieu urbain sans problème et avec la même efficacité anti-stress.

Et si nos pieds étaient nos meilleurs alliés anti-stress...
No-stresse : vive la marche !

Nous avons volontairement choisi de ne pas parler de la marche nordique ou de la marche de randonnée qui sont aussi très recommandables et efficaces mais plus difficilement à portée de main (donc à mettre en place) en cas de stress au quotidien. Les types de marche évoquées  plus haut sont plus facilement utilisables dans le contexte d’une ville ou le cadre de sa journée de travail.

Conclusion

« Avoir bon pied bon œil » ou encore « repartir du bon pied » et même « remettre un malade sur pied », à travers tous ces dictons le bon sens populaire ne fait que confirmer ce que la science d’aujourd’hui a prouvé: ce serait dans nos pieds que se cachent les secrets de notre forme physique et mentale. Alors pensez à les solliciter pour vous sortir de l’impasse du stress en vous  offrant  des marches régulières et dynamisantes et vous verrez « c’est vraiment le pied ».