Étiquette : discipline

Petite salutation

Une nouvelle petite salutation

Introduction

Lors de précédents articles, nous avons présenté et analysé la première routine de notre livre « Le mémento de la Vie anti-stress« : la petite salutation au soleil. Nous avons vu en quoi les réflexes archaïques étaient primordiaux dans l’apprentissage et la structuration de l’être. Ensuite nous avons vu comment la pratique de la « petite salutation au soleil » était un puissant outil de remodelage de ces réflexes. Aujourd’hui nous allons revisiter cet « enchaînement » de postures avec une variante toute aussi efficace. Il s’agit de la version de Marie-France Levoux qui a été notre conseillère technique pour l’élaboration du mémento. Cette version est plus adaptée aux personnes ayant des soucis d’épaules. En effet, un des passages de la version initiale :

Petite salutation : étape difficile

nécessite d’avoir une bonne souplesse des épaules et suffisamment de force. Le mouvement s’apparente effectivement à « une pompe plongée » et nécessite de passer en dessous l’axe des épaules (en vert sur la figure) ce qui est effectivement assez sportif. La version de Marie-France pallie à ce problème sans pour autant supprimer l’effet « remodelage du réflexe archaïque ». Lire la suite

Publicités

Réflexes archaïques, compléments

Réflexes archaïques: rôles & conséquences

Lors de nos stages, suite à l’exposé sur les réflexes archaïques et leur remodelage via la petite salutation au soleil, il nous a été demandé s’il était possible d’apporter quelques précisions sur ces réflexes : leurs rôles et leurs conséquences.

Rôles des réflexes archaïques

A la naissance, notre système nerveux n’est pas mature. Si toutes les parties du cerveau sont bien présentes, elles ne fonctionnent pas encore pleinement. Les réflexes archaïques sont des mouvements automatiques qui, dès qu ils seront stimulés, vont permettre la mise en place de cette maturation.

Le mouvement, clef de l'intégration

Ils apparaissent dès la vie fœtale, pendant l’accouchement ou dans les semaines qui suivent. On en a dénombré plus de soixante-dix différents ! Ces mouvements instinctifs vont aider l’enfant à naître (réflexe tonique asymétrique du cou et réflexe spinal de galant), lui permettre de satisfaire ses besoins vitaux (réflexe de succion pour la tétée). Mais ils vont aussi permettre la formation des gaines de myeline entourant les fibres nerveuses. Cette myelinisation assurera par la suite une vitesse accélérée de la conduction de l’influx nerveux. La répétition de ces mouvements instinctifs va développer à la fois les fibres nerveuses, mais également toute une série de réseaux de communication entre les différentes parties du cerveau. En parallèle le mouvement va offrir à l’enfant tout un panel d’expériences sensorielles qui vont construire notamment ses capacités d’adaptation. Une fois que l’un de ces réflexes est apparu, il va rester activé un certain temps, celui-ci sera variable selon le type de réflexe en jeu. Puis il sera inhibé. C’est durant la première année de vie que, pour la majorité de ces réflexes, se situe cette phase d activation.

Lire la suite

Mouvement Neurosensoriel 4/4

Mouvement Neurosensoriel 4/4

MNS Taichi, mouvement sensitif lent

Rappels historiques

TAICHI (ou Tai Chi Chuan)

S’il est vrai que la philosophie Yin-Yang date d’au moins du X° siècle av. J.-C., et que le Qi-gong date d’au moins du IV° siècle av. J.-C., en revanche le Taichi est plus jeune et date du moyen-âge. Comme le peuple Chinois adore les mythes et légendes, il est très difficile d’avoir de réels faits historiques, toutefois on peut dire que le Wu-Shu (Art martial ou  Kung-fu) intégra le Qi-gong vers le III° siècle et le Taichi est sûrement né au X° siècle ou… au XVI° siècle. Ce qui est sûr c’est qu’au XIX° siècle, il fut reconnu et formalisé. On reconnait trois grandes écoles WU (Wu tang pai), CHEN (famille Chen) et YANG (famille Yang). Cette dernière, la plus douce donc Yin malgré son nom qui est celui du nom de la famille, est la plus connue et pratiquée en Europe (et la base implicite de notre approche).

MNS (ou Mouvement Neuro-Sensoriel)

Issue des recherches pratiques et théoriques menées depuis le début des années 80 par le Pr Danis Bois, docteur en Sciences de l’éducation, professeur agrégé en Sciences humaines et sociales et directeur du Centre d’Études et de Recherches appliquées en Psychopédagogie perceptive (Cerap.org). Ses travaux se situent au carrefour de la psychologie humaniste (Rogers, Maslow, Gendlin), de la physiologie de la perception (Paillard, Roll), de la phénoménologie du toucher et du contact (Maine de Biran, Husserl, Merleau-Ponty, Jonas) et d’une certaine philosophie de la conscience (James, Bergson, Depraz). Lire la suite

Les 4 phases de l’état de Qi-gong

Les 4 phases de l’état de Qi-gong

Les 4 phases de l’état de Qi-gong : équilibre; calme; vacuité; inspiration…

Nei-yang-gong
Qi-gong no-stress

Si le mental est calme et que l’énergie circule bien, l’adepte de Qi-Gong parvient à état de paix intérieur, de détachement par rapport au monde extérieur l’état de Qi-Gong. Nous les ressentons, lorsque, lors d’une méditation ou d’une posture, notre esprit se stabilise sur une seule pensée

Le premier d’entre eux, assez facilement constaté, est l’équilibre, la stabilité (TING) tant physique que psychique, lors du maintien d’une posture. Cet équilibre est fondé sur une harmonisation entre le haut et le bas, la gauche et la droite, l’arrière et l’avant, le dehors et le dedans, le subtil et le grossier.

Il s’agit, au départ, d’un équilibre corporel qui se rattache à un équilibre respiratoire puis à un équilibre énergétique. Ce dernier facilite l’équilibre psychique puisqu’il tend à restreindre les contraintes liées à l’environnement direct ou indirect en les assimilant à un processus naturel. Le corps ne subit plus les contraintes extérieures et les variations climatiques mais les intègre en les corrigeant.

Lire la suite

Avion No Stress suite…

Avion No-Stress,
Perte de moyens, doutes :
sortir de l’impasse par la médiation corporelle.

L’avion, en pratique de plaisance ou sportive, nécessite, encore plus que les autres sports ou activités, un état « No-Stress », sécurité oblige! L’approche Sport No Stress, qui s’appuie notamment sur le Qi-Gong, et Vie No Stress, qui s’appuie sur le Yoga, sont bien sûr parfaitement adaptées à la pratique du pilotage d’un avion en … « no-stress » bien sûr :o)

Bannière Avion-no-stress

Nous avions commencé cette publication il y a un peu plus d’un mois avec l’Introduction et la partie A, il nous reste donc à voir les parties B et C ainsi que la conclusion.

Introduction

A -Stress dus à des facteurs extérieurs

  1. Je dois renoncer à mon vol ou Je pars ne sachant pas si la météo permettra un retour à l’heure
  2. Des retards s’accumulent, j’ai dû changer d’avion en dernière minute …
  3. Un crash a eu lieu la veille
  4. Un passager perturbateur
  5. Phraséologie non standard
  6. Radio qui parle en continu
  7. Un autre pilote est en difficulté
  8. Modifications successives des données d’approche de service
  9. Devoir aller sur un aéroport de dégagement

B- Stress liés à des facteurs personnels

  1. J’arrive en retard
  2. Un deuil récent
  3. Je viens de me disputer avec mon conjoint
  4. J’ai des soucis avec mes enfants
  5. Ruminations mentales
  6. Maintenir mes capacités dans le temps

C- Prévenir plutôt que guérir

  1. Les 8 mouvements dits de Brocart
  2. La marche dite Afghane
  3. Le bâillement dit énergétique

Conclusion

 suite…. de la première partie … :

B- Stress liés à des facteurs personnels

1. J’arrive en retard

Le temps lié à la préparation du vol et à l’enregistrement des différentes données est incompressible sous peine de sauter des procédures: donc vous ne pourrez jamais compenser ce retard. Par contre vous pourrez l’augmenter parce que vous êtes en stress et donc susceptible de faire des erreurs ou d’arriver vers votre avion en ayant laissé vos documents ou vos clés sur la table!  Activer votre ressource PNL avant de commencer vos démarches va être nécessaire pour éviter de rester dans une attitude ou une impression négative et « redémarrer du bon pied ». Ensuite l’exercice Hyptonix va vous redonner votre légendaire zénitude et vous pourrez alors pratiquer, dehors ou au vestiaire, l’exercice de Qi-gong qui permet de « laisser ses soucis derrière ».  A priori, on pourrait penser que ce dernier exercice « fait perdre 3 minutes », en réalité, vous vous apercevrez en le pratiquant qu’il allonge le temps (de façon relative et subjective bien sûr).

  • PNS p160 & p252 (ancrage ressource)
  • PNS p94 ou SNS p48 (hypertonix)
  • PNS p182 ou VNS p74 (laissez ses soucis au loin)

2. Un deuil récent

Le décès d’un proche ou d’un ami est l’un des événements les plus pénibles de la vie.

Encore une situation où réactiver votre ancrage PNL est la solution afin de ne pas être perturbé et de retrouver confiance, détente, force et plénitude. Ensuite, plus l’annonce à été surprenante, plus le Dote sera utile. Enfin, le bâillement dit énergétique, vous permettra de reprendre votre totale vigilance quand vous sentirez le « blues » revenir.

  • PNS p160 & p252 (ancrage ressource)
  • PNS p 122 ou VNS p40 (dote)
  • PNS p108 ou SNS p78 (bâillement énergétique)

3. Je viens de me disputer avec mon conjoint

En cas de conflit, et surtout si l’autre est une personne très proche, l’accumulation d’émotionnel va être une sorte de bombe à retardement si vous ne l’éliminez pas avant de décoller. Qui dit émotion, dit énergie en surplus avec toutes les tensions que cela va créer dans le corps physique, car il faudra bien la stocker quelque part! Les maux de tête, les douleurs dans les épaules ou la nuque peuvent résulter d’une accumulation d’émotionnel quand on l’a refoulé. L’exercice libération de la cuirasse a pour objectif de lâcher tout cet émotionnel de façon concrète et très efficace. Ensuite utilisez les pauses et attentes pour relâcher à nouveau toutes les tensions et enfin, utilisez chez bouchée, même s’il ne s’agit pas d’un repas, pour revenir à l’état « No-Stress ».

  • PNS p80 ou SNSp52 (libérer la cuirasse)
  • PNS p 232 ou SNS p76 (relaxation assise)
  • VNS p23 (yoga de la mastication)
Avion No Stress
Avion No Stress

4. J’ai des soucis avec mes enfants

La difficulté de gestion de l’émotionnel est différente de la situation précédente, car son implication affective et ses responsabilités sont d’un autre ordre. L’éventail des situations est large et le sentiment d’être dépassé ou celui d’être confronté à un véritable casse-tête a de quoi perturber toute personne qui prend à cœur son rôle de parent. Avoir conscience que l’on est affecté, et donc en stress, est déterminant, car c’est le seul moyen de savoir qu’il va falloir retrouver son équilibre, puis le maintenir pour rester au top des exigences liées au pilotage. Revenir à un état intérieur serein va être possible en pratiquant une respiration spécifique la respiration alternée. Ensuite le mouvement de Qi-gong dit « Tir à l’arc » va permettre de vous recentrer sur vos objectifs. Enfin, la pratique des « 4 cerveaux » de façon régulière, assurera de garder la cohérence de vos décisions.

  • PNS p128 ou SNS p68 ou VNS p60 (respiration alternée)
  • PNS p 174 ou SNS p 82 ou VNS p44 (tir à l’arc)
  • PNS p96 ou SNS p66 (4 cerveaux)

5. Ruminations mentales

J’ai l’esprit occupé par la réunion de demain…

Quand le mental est en route, mais que nos cogitations sont loin d’être constructives ou que ce n’est pas le moment, le seul moyen de le court-circuiter est de passer par le corps. Déplacer son attention en mettant sa conscience dans le corps va vous ramener aussitôt dans l’instant présent et vous permettre ensuite de vous reconcentrer sur votre vol.

  • PNS p134 (relaxation debout)
  • PNS  p82 ou SNS p62 ou VNS p72 (respiration cohérente)
  • VNS p62 (vinyasa de l’arbre)

6. Maintenir mes capacités dans le temps

Piloter exige un maintien de sa vigilance en permanence, exige d’être capable d’anticiper à chaque instant et de savoir prendre rapidement des décisions dans toute sorte de domaines. Pour maintenir ses qualités au top, pratiquer la respiration alternée régulièrement permettra de ne pas être pris au dépourvu. Il est aussi important, pour recharger ses batteries de savoir récupérer par une bonne relaxation assise.  Aux pauses, vous pouvez encore allez plus loin, tout d’abord en vidant votre émotionnel si vous sentez ou savez qu’il y en a un d’accumuler, et ensuite, en reconnectant votre joie de vivre.

  • PNS p128 ou SNS p68 ou VNS p60 (respiration alternée)
  • PNS p 232 ou SNS p76 (relaxation assise)
  • PNS p80 ou SNSp52 (libérer la cuirasse)
  • VNS p26 (yoga du rire)
Hygiene de vie : frugalité joyeuse
Hygiène de vie : frugalité joyeuse

C- Prévenir plutôt que guérir

Il est possible via des exercices de médiation corporelle de cultiver une façon de réagir nous permettant de réduire les stratégies nocives (celles qui seraient centrées sur les émotions) et de renforcer celles nous permettant de rester centré sur le problème favorisant ainsi en nous tout ce qui va pouvoir concourir à le résoudre. Toute stratégie étant fonction de la situation et de la manière dont nous allons l’évaluer, favorisez un état intérieur où la vigilance, l’implication, l’attention et l’engagement peuvent être stimulés à tout instant va constituer un vrai plus pour tout pilote qui désire être en capacité de résoudre tous types de situations imprévisibles. Pour cela nous allons vous proposer trois outils qui, s’ils sont pratiqués régulièrement 2 fois par semaine au minium, vont contribuer sans que vous y pensiez à installer cette attitude d’esprit. L’idéal est bien sûr une pratique journalière.

1. Les 8 mouvements dits de Brocart

Il s’agit d’un tout cohérent mis au point il y a plusieurs siècles afin de maintenir les troupes chinoises en bonne santé de façon préventive et curative. Nous avons édit& un ebook Kindle à moins de 1€ qui les décrits: « Qi-gong No Stress« . Sinon, vous les retrouverez dans nos livres :

  • PNS Q1 p100, Q2 p174, Q3 p214, Q4 p182, Q5 p168, Q6 p170, Q7 p228 et Q8 p198
  • SNS Q1 p70, Q2 p82, Q3 p64
  • VNS équivalent yogi: Y2 p44, Y3 p38, Y4 p 74, Y6 p48, Y7 p76

10 minutes par jour suffisent, et ses 10 minutes peuvent être dans le vestiaire avant le vol.

2. La marche dite Afghane

  • PNS p226 outil ou SNS p34

1 km en marche afghane, c’est facile à intégrer dans vos déplacements journaliers, voir juste en allant à l’aéroport ;o)

3. Le bâillement dit énergétique

  • PNS p108 ou SNS p78

1 fois par heure, c’est l’idéal, comme ça on est sûr que la vigilance reste même s’il l’on doit rester assis… dans l’avion.

Une touche de Qi-gong tous les jours dans sa vie
Une touche de Qi-gong tous les jours dans sa vie …

Conclusion

En instaurant ces 3 habitudes dans votre quotidien, vous allez mettre en place un état intérieur qui aura par ailleurs des impacts positifs dans tous les autres domaines de votre vie. Le mieux-être et la capacité à prendre du recul face aux événements, en plus d’améliorer votre propre vie, vont automatiquement rejaillir sur la qualité de vos relations et tout votre entourage sera gagnant .

 

Avion No Stress

Avion No-Stress,
Perte de moyens, doutes :
sortir de l’impasse par la médiation corporelle.

L’avion, en pratique de plaisance ou sportive, nécessite, encore plus que les autres sports ou activités, un état « No-Stress », sécurité oblige! L’approche Sport No Stress, qui s’appuie notamment sur le Qi-Gong, et Vie No Stress, qui s’appuie sur le Yoga, sont bien sûr parfaitement adaptées à la pratique du pilotage d’un avion en … « no-stress » bien sûr :o)

Bannière Avion-no-stress

Introduction

Cet article se propose de mettre en évidence les situations de stress spécifiques au pilotage et de vous indiquer les actions correctives (n° de page dans les mémentos). On peut prendre cet article comme un cas d’école, un exercice de style sur l’approche « No-Stress » ou une application opérationnelle à une discipline particulière. Pour chaque sport, chaque activité, on peut mettre au point un mémento basé sur la même structure que nos trois ouvrages de base, à savoir:

  1. Description de la situation stressante
  2. Analyse et diagnostic de la problématique
  3. Action corrective

Toute école ou fédération peut d’ailleurs prendre contact avec nous pour mettre au point leur mémento, c’est avec plaisir que nous partagerons notre expertise. La mise au point du mémento se fait bien sûr en partenariat avec un pratiquant-instructeur de la discipline. Ainsi, pour ce « mémento-article » nous remercions Dominique C. de ses explications sur le terrain, de sa pédagogie et de sa gentillesse.

Les exercices proposés dans l’approche « No-Stress » sont avant tout à portée préventive afin de renforcer notre capacité de gestion des stress. Tout le monde connaît le fameux dicton « Mieux vaut prévenir que guérir » et sait qu’il est bien souvent bien plus facile d’agir avant, pour empêcher qu’une situation ne se produise, que de devoir agir une fois que celle-ci est arrivée. Ainsi faire les exercices conseillés pour une situation donnée, si on a conscience que celle-ci peut être effectivement une source de stress pour soi, permettra de conserver intact ses capacités si effectivement on doit être confronté à ce type de situation dans le futur. Ensuite, les exercices proposés sont aussi correctifs, à utiliser directement « sur le terrain » face à une situation spécifique. Ainsi, en plus de toutes les mesures déjà reconnues et appliquées en aviation, avec les exercices préventifs ou correctifs, vous vous assurerez des vols dans les meilleures conditions de sécurité possibles, … sans stress et donc avec un maximum de plaisir.

Comme dit en introduction, vous retrouverez la description complète des exercices dans nos ouvrages, l’objectif n’étant pas ici de reproduire nos mémentos, mais bien de mettre en visibilité la démarche, la philosophie « No-Stress ».

Pour les personnes n’ayant jamais volé ou non-intéressé par l’aviation, le principal intérêt de cette publication sera la découverte de ce milieu et, pour tous les coachs, le plaisir de découvrir, via une étude de cas, notre approche.

Pour finir cette introduction et afin de rendre plus lisible le plan général de la publication, voici le sommaire complet:

Introduction

A -Stress dus à des facteurs extérieurs

  1. Je dois renoncer à mon vol ou Je pars ne sachant pas si la météo permettra un retour à l’heure
  2. Des retards s’accumulent, j’ai dû changer d’avion en dernière minute …
  3. Un crash a eu lieu la veille
  4. Un passager perturbateur
  5. Phraséologie non standard
  6. Radio qui parle en continu
  7. Un autre pilote est en difficulté
  8. Modifications successives des données d’approche de service
  9. Devoir aller sur un aéroport de dégagement

B- Stress liés à des facteurs personnels

  1. J’arrive en retard
  2. Un deuil récent
  3. Je viens de me disputer avec mon conjoint
  4. J’ai des soucis avec mes enfants
  5. Ruminations mentales
  6. Maintenir mes capacités dans le temps

C- Prévenir plutôt que guérir

  1. Les 8 mouvements dits de Brocart
  2. La marche dite Afghane
  3. Le bâillement dit énergétique

Conclusion

A -Stress dus à des facteurs extérieurs

L’activité aéronautique est une discipline bien spécifique exigeante aussi bien sur le plan physique, émotionnel que mental. En parallèle au plaisir de voler, réside la notion d’une immense responsabilité, car le droit à l’erreur n’existe pas. Être capable de conserver sa rigueur intellectuelle, d’activer sa mémoire et de faire preuve de vivacité d’esprit de façon à toujours prendre la bonne décision au bon moment est un challenge que de nombreux pilotes connaissent bien.

Nous commencerons par évoquer les stress liés à des facteurs extérieurs puis nous enchaînerons les stress liés à des facteurs personnels pour finir sur des pratiques préventives. Les actions correctives seront simplement citées (référence de l’ouvrage avec sa page) sauf s’il y a une variante spécifique à l’aviation.

1. Je dois renoncer à mon vol ou Je pars ne sachant pas si la météo permettra un retour à l’heure

Ces deux situations sont susceptibles d’être source de frustration et d’entrer en résonance au niveau inconscient avec un sentiment de solitude. Sachant que l’émotion, quelle que soit sa nature est avant tout de l’énergie, il va être nécessaire de libérer cette énergie pour retrouver sa zénitude et ne pas rester bloqué dans son stress. Dans l’instant deux outils possibles:

  • PNS p200 (vocifération)
  • VNS p35 (yoga des yeux)

et si vous vous sentez « tout seul », réactiver ou afficher l’image ressource:

  •  PNS p120 ou SNS p50 (futuroscope)

2. Des retards s’accumulent, j’ai dû changer d’avion en dernière minute …

Ce type de contrariétés dans l’inconscient peut générer une certaine forme de tristesse parce que tout se passe comme si on ne méritait pas d’avoir de la chance. Cela va créer une sorte de mal-être indéfinissable que l’on peut cacher derrière une impression de colère. Les outils très spécifiques qui vont vous permettre de retrouver rapidement votre axe sont:

  • PNS p80 ou SNS p52 (libérer la cuirasse)
  • PNS p96 ou SNS p66 (4 cerveaux)
  • PNS p122 ou VNS p40 (dote)

3. Un crash a eu lieu la veille

Difficile de ne pas être affecté par une telle nouvelle. Même si notre raison est capable de nous énumérer x arguments pour nous convaincre que les conditions de notre vol n’ont rien à voir avec le contexte de l’accident, nous pouvons être touchés et ressentir de la tristesse pour ceux qui sont concernés par cet événement. Une forme d’apathie peut en découler.

ans-crash

La solution va être de prendre un jus de citron. La vitamine C qu’ il contient permettra d’obtenir un effet notable sur notre état mental. Cette vitamine a de très nombreuses fonctions celle qui nous concerne touchant la fonction cérébrale, car elle va contribuer à la synthèse de certains acides aminés entrant dans la composition de neurotransmetteurs comme la dopamine, la noradrénaline etc. qui conditionnent directement l’attention et la faculté de concentration. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas un stimulant, mais un régulateur métabolique. Si on est en carence, le fait de prendre de la vitamine C peut avoir au début comme un effet dopant puis au fur et à mesure cela fera place à un effet normalisateur qui va par exemple améliorer la qualité du sommeil, voir même pour certains avoir un impact anti-anxiogène.

En plus de ce truc génial et simple, voici les outils adaptés:

  • PNS p126 (vit. C)
  • PNS p76 ou SNS p58 (le huit)
  • VNS p84 (yoga des sons)

4. Un passager perturbateur

Vous avez dû accepter à votre bord une personne que vous n’appréciez pas du tout …

Il y a des situations où malheureusement il n’est pas toujours possible de remédier de façon directe: impossible de laisser son passager au bord de la route! Il est indispensable de ne pas laisser sa colère prendre le dessus et de garder son calme.

Pour cela pratiquer la respiration cohérente va être d’un effet immédiat et sera à utiliser sans modération tout au long du vol. Deux autres outils vont venir remettre les compteurs à zéro avant le départ ou aux escales:

  • PNS  p82 ou SNS p62 ou VNS p72 (respiration cohérente)
  • PNS p96 ou SNS p66 (4 cerveaux)
  • PNS p196 ou SNS p 80 VNS p70 (réflexologie palmaire)

5. Phraséologie non standard

La communication a pour objectif de transmettre des informations et la seule façon de savoir si nous avons bien communiqué est la reformulation. Dans les situations d’urgence, ou de trop grande confiance parce qu’on sait par exemple qu’il y a peu de monde sur la fréquence la tentation de ne pas respecter la procédure pour aller plus vite ou sortir de la routine peut vite être là. Hors le piège surtout s’il y a stress, va être de rentrer dans ce qu’on s’attend à entendre et donc de se couper de ce qu’on a réellement entendu. Si la conversation est en anglais, cela peut rajouter un problème de plus à ce phénomène. Faire un exercice bien spécifique avec les yeux va permettre de reconnecter son cerveau droit et son cerveau gauche et ainsi de récupérer tout son potentiel.

  • VNS p28 (sablier)

Dès que l’on sait que l’on va avoir besoin de rentrer en communication avec les contrôleurs par exemple, il est recommandé d’anticiper et de faire cet exercice surtout si l’on sait que l’on peut être facilement concerné par ce type de stress. De plus, pendant les temps d’attente par exemple, on peut se remettre en cohérence cérébrale avec l’exercice des « 4 cerveaux ».

  • PNS p96 ou SNS p66 (4 cerveaux)

ans-avion-coree

6. Radio qui parle en continu

Un bruit qui crée une sorte de brouhaha peut vite devenir un stress dès qu’il est constant et sans répit et pas question d’éteindre la radio! Depuis plusieurs années le bruit est reconnu comme un problème pouvant avoir un impact sur la santé, on sait qu’il a un réel impact sur la physiologie puisque les sujets soumis au bruit ont une augmentation de leur pression artérielle du fait de la libération en continu des catécholamines les hormones associées au stress. Pour échapper à ce stress, la tendance va être de symboliquement se replier sur soi et notamment de restreindre sa respiration. Si on reste dans cette attitude, une impression d’oppression indéfinissable peut finir par s’installer ce qui nous met en état de plus grande vulnérabilité si jamais un événement plus important devait survenir.

  • PNS p208 (respiration soupir)
  • VNS p30 (palming)
  • PNS p 174 ou SNS p 82 ou VNS p44 (tir à l’arc, si on a la place)

mouche-du-cocher

7. Un autre pilote est en difficulté

Difficile de ne pas être touché dans un tel cas et d’avoir l’esprit en paix malgré tout! Les émotions vont affluer et pour retrouver son équilibre pratiquer de l’acupressure sur une zone spécifique de l’intérieur de la main va être un bon compromis. En médecine chinoise l’émotion, c’est de l’énergie qui peut s’accumuler et rester bloquée ce qui provoque différents désordres ayant un impact direct sur le bien-être et la santé. En pressant par 3 reprises le centre de chaque main (zone MC8 en acupressure, PNS p111), vous agissez sur le méridien maître du cœur et sur un point où quand l’énergie circule bien « on garde son sang-froid ».

Sinon, on peut aussi se remettre en cohérence avec la respiration cohérente, dé-fusionner l’émotionnel avec le trèfle ou encore réactiver une ressource positive si on l’a déjà mise en place:

  • PNS p130 ou SNS p74 (trefle, même de petite envergure)
  • PNS  p82 ou SNS p62 ou VNS p72 (respiration cohérente)
  • PNS p160 (ancrage ressource)

8. Modifications successives des données d’approche de service

Cela fait plusieurs fois qu’il y a des changements dans la piste d’approche, et, là encore, il ne s’agit pas de laisser son émotionnel prendre le dessus. Pratiquer l’exercice précédent en exerçant 3 fois de suite une pression au centre de chaque main va permettre de revenir au calme si besoin. Afin d’assurer la pérennité de cette stabilité émotionnelle, les exercices suivant sont très efficaces et tous facilement faisable même quant on pilote:

  • PNS p162  (gribouillage MG)
  • PNS p128 ou SNS p68 ou VNS p60 (respiration alternée)
  • PNS  p82 ou SNS p62 ou VNS p72 (respiration cohérente)

9. Devoir aller sur un aéroport de dégagement

La fatigue aidant c’est le dépit, la déception, le ressentiment, l’ennui ou l’inquiétude qui peuvent prendre le dessus et donc le pilotage, venant fausser nos réflexes. Pour éviter cela, vous allez utiliser un outil mis en place lors de votre préparation globale à la gestion du stress et activer votre ressource PNL. L’objectif de cet ancrage est de vous donner un moyen simple et efficace en créant une association positive entre un stimulus spécifique et une réponse, e pouvoir disposer à tout instant d’un point de référence permettant de retrouver sa stabilité et ses capacités de réflexion ou d’action.

  • PNS p160 & p252 (ancrage ressource)
  • PNS p196 ou SNS p 80 VNS p70 (réflexologie palmaire)

Faire le point d’acupressure du centre de la main, comme vu plus haut, peut aussi être une solution, mais une réflexologie palmaire plus générale est souvent plus adaptée, car il est possible que les conditions stressantes dures.

La suite le mois prochain ….

 

Les Yoga Sûtras: une leçon de vie Corps-Esprit

Le Yoga : une leçon de vie Corps-Esprit

Considérer le yoga comme une gymnastique permettant d’acquérir souplesse et équilibre en pratiquant des postures, est vrai dans un sens, mais ce n’est qu’une partie de la globalité. En effet, cette approche peut être une véritable voie de développement personnel et/ou spirituel. Présence à soi, non-violence, méditation, persévérance… une vraie philosophie de la connaissance de soi et du vivre-ensemble qui transforme notre quotidien pour notre mieux être.

« Tu fais quoi, toi, comme yoga? Ashtanga? Moi je suis Hatha. Et toi? Moi je pratique l’Iyengar, et le Bikram de temps en temps… « , ceci pourrait être une conversation classique entre des jeunes filles d’une grande ville en ce début du troisième millénaire. Alors? … Chacun « son » yoga, chacun « sa » pratique? Y-a-t-il un rythme, une intensité, des enchaînements des postures seraient plus appropriés à notre personnalité et à notre physiologie? Et si, au contraire, il n’y avait qu’un seul et unique Yoga comme le disent les textes anciens (Sûtras n°1 de Patanjali ), le Yoga de l’Union Corps-Esprit? Ou encore, si nous prenons d’autres sûtras, tout ceci serait juste diverses techniques pour se libérer d’un seul problème: la souffrance?

Étymologiquement, yoga signifie union, intégration en sanskrit.

Yoga-sutras de Patanjali
Les sutrâs du Yoga-sutras de Patanjali

Se libérer de la souffrance, unir le corps et l’esprit… alors pourquoi, vouloir faire des nœuds avec les jambes en « Lotus »? Pour rien d’autre que de mettre notre corps en situation de prise de conscience de lui-même. Aussi, ce qui compte c’est d’atteindre sa propre limite de stretching afin de pouvoir commencer le travail d’intégration  de notre corps. En effet, que nous le voulions ou non, que nous l’aimions ou non, notre corps est notre unique véhicule matériel sur Terre, et nous n’avons pas d’autre choix que de faire avec lui… toute notre vie! Alors autant s’en faire un AMI et apprendre à le connaître. Le Yoga ne nous propose pas une connaissance cognitive, ce n’est pas l’équivalent d’une année de Fac de médecine, ni d’un module d’anatomie, non, le Yoga nous propose une expérience subjective, phénoménologique de nous-même. Lire la suite

Le Hatha Yoga est-il démodé ?

Peut-on dire que le Hatha-Yoga soit dépassé?

Le Râja-Yoga

Comme il est dit en Râja-Yoga, dans le sûtra 29 du livre 2 de Patanjali, les âsanas sont un des huit moyens. Le Hatha-Yoga qui privilégie les postures ou âsanas, n’a donc pas vocation d’être un Yoga « supérieur », ni à part, ni même complet. Il s’intègre tout simplement comme un des huit outils principaux à égalité avec, par exemple: la respiration, l’hygiène de vie ou la méditation.

Livre II, sûtra 29
L’Ashtanga Yoga, ou les huit moyens de yoga sont :
—   Yamas : les règles de vie dans la relation aux autres ;
—   Niyamas : les règles de vie dans la relation avec soi-même ;
—   Âsana : la posture ;
—   Prânâyama : la respiration ;
—   Pratyâra : l’écoute sensorielle intérieure ;
—   Dhâranâ : le pouvoir de concentration ;
—   Dhyâna : la méditation ;
—   Samâdhi : l’état d’unité ou de contemplation.

Mandala de l'Inde

Le Hatha-Yoga

Si l’on retrouve des traces d’âsana dans les ruines de la cité de Mohenjo-Daro (trois mille ans avant notre ère), cette forme de Yoga n’a été codifiée que partiellement dans un texte sanskrit intitulé « Haṭhayoga-Pradîpikâ », composé par le Yogi Svâtmârâma vers la fin du XVième siècle. Hormis la posture du Lotus qui semble assez commune en Inde, les descriptions fournies par le texte sont très éloignées des postures complexes telles qu’on les voie dans les reportages sur le Yoga. On peut dire que ces postures complexes, qui ont inspiré les fakirs et les contorsionnistes, n’ont JAMAIS été décrites ou dessinées dans le passé dans un cadre « Yoga ». Aussi, nous repartirons des bases, à savoir les sûtras du Râja-Yoga. Lire la suite

Qi-gong de l’Arbre et endurance

Qi-gong de l’Arbre et endurance

Dans un précédent article sur l’endurance, nous avons évoqué comme outil d’augmentation de l’endurance la voie interne des arts martiaux: le Qi-Gong. Il peut paraître surprenant que la lenteur et le « non-effort » puissent aller dans le sens d’augmenter notre endurance, endurance en effort mais aussi endurance face aux stress!

La réaction classique pour les sportifs comme pour les personnes sur-actives est de se tourner vers un Qi-Gong YANG, dynamique si vous préférez. Mais ceci est un piège, plus on se rapproche d’un entraînement sportif classique, plus l’intérêt de l’approche à médiation corporelle « Qi-Gong » baisse. Il est préférable de faire un « bon entraînement sportif » qu’un Qi-Gong proche du sport!

Zhan Zhuang, la posture de l'arbre
Zhan Zhuang, la posture de l’arbre

Aussi, afin de bien mettre en évidence ceci, nous allons vous présenter aujourd’hui un Qi-gong immobile, celui de l’arbre le « Zhan zhuang« .

ZHAN = se tenir debout
ZHUANG = pieu, poteau
Généralement nommé : Posture de l’arbre mais aussi appelé yang sheng zhuang (posture pour nourrir le principe vital)

Et oui, rester immobile 30 à 45 minutes sans bouger les pieds rend plus endurant et …  plus zen. “Se tenir debout tel un arbre” est un exercice pratiqué depuis des temps très anciens en Asie du Sud-Est et en Chine, comme méditation, art de santé ou préparation aux arts martiaux. Si la description de la technique est élémentaire, sa réalisation demande un vrai entraînement, une vraie pratique quotidienne.

Lire la suite

L’endurance une qualité sportive à cultiver

L’endurance est une qualité souvent évoquée lors d’un entraînement sportif. Mais que se cache t-il exactement derrière ce mot et cette qualité?Quels stress peuvent entrer en jeu au moment de travailler cette capacité et comment en  sortir?

Voyons déjà quelle définition nous donne  le dictionnaire :

Endurance : aptitude à résister.

Endurance, effort et gestion du stress

Du point de vue du sportif c’est la possibilité de maintenir dans le temps un certain niveau d’intensité lors d’un effort prolongé. Selon le type de sport, il va s’agir tantôt d’une charge imposée, tantôt d’une puissance donnée (on parle de régime de contractions) ou encore d’une cadence à soutenir comme la vitesse. Il va donc s’agir d’une endurance qui  sur le plan général va solliciter le système cardio-respiratoire et sur le plan local le système musculaire. Si nous prenons une définition qui concerne notre quotidien l’endurance fera référence plus précisément à notre résistance à la fatigue.

Nous pouvons donc aborder cette qualité endurance sous différents angles. Nous n’aborderons pas le côté endurance musculaire et physique pur, ceci étant très bien étudié et maîtrisé par les programmes d’entraînements des différentes disciplines sportives. Par contre il va être intéressant de se pencher sur notre aptitude à l’effort dans ce qui peut venir l’entraver soit lors d’un entraînement, soit dans notre vie quotidienne.

Un premier facteur va entrer en jeu si nous désirons acquérir de l’endurance, c’est à dire être capable de soutenir un effort prolongé, que ce soit à travers une activité sportive, ou un apprentissage – qu’il soit intellectuel ou concret – : ce sera notre enfance. En effet s’il y a bien une période de notre vie riche en apprentissages de toutes sortes et donc en besoin d’être dans un effort continu, c’est celle-ci. Et là, la qualité du soutien de notre entourage que ce soit familial, à l’école etc. va être déterminante. Pour construire une base solide sur laquelle le  futur adulte pourra prendre appui sans souci quand le besoin d’être dans l’effort se manifestera, il faut considérer trois formes de soutien:

  • Un soutien d’estime où le parent, l’adulte référent renvoie à l’enfant: tu es quelqu’un de bien.
  • Un soutien affectif ou le message sera plutôt : nous sommes à tes côtés, nous t’aimons.
  • Et enfin un soutien matériel avec des compétences qui  correspond à: nous allons t’aider.

Si l’enfant a manqué de soutien ou d’estime, une fois grand, il aura tendance à vivre ses échecs ou  ses mauvais résultats comme une remise en cause de sa valeur. Ce sera donc une personne qui aura besoin d’être souvent encouragée.

Si c’est plutôt le soutien affectif qui a fait défaut, à la moindre contre-performance ou difficulté elle va se résigner. Pour elle ce résultat est la confirmation qu’elle n’a aucune valeur. Cette personne aura essentiellement besoin d’être rassurée.

Ces deux attitudes  sont importantes à comprendre et à distinguer car il s’agit de deux stress différents. Hors, souvent, il y a confusion dans la solution adoptée par les accompagnants. De plus, le fait de ne pas utiliser les mots justes, au lieu de diminuer le stress, va au contraire l’accentuer! Pour ne pas commettre d’impair, une solution simple est de prendre comme principes et repères les deux pensées suivantes:

  • nous ne progressons jamais que par rapport à nous même et
  • la valeur d’une personne n’est pas liée à ses résultats (nous sommes bien plus que ce que l’on peut ou non faire).

Ainsi pour rassurer: rappeler à la personne ce qu’elle a déjà dépassé ou accompli , et pour l’encourager valoriser l’effort , le fait d’avoir participer, etc. Ces deux bases fondamentales permettront à la personne d’acquérir plus de confiance en elle.

Sur le plan purement physiologique la fatigue peut être de deux types. Soit elle est dû à une activité physique ponctuelle ayant sollicité des muscles d’une façon inhabituelle comme un déménagement, le bêchage du jardin etc. Dans ce cas une bonne nuit de sommeil et tout rentre dans l’ordre. Soit il s’agit d’une fatigue chronique avec un manque de motivation, une grande lassitude et un sommeil non réparateur, on emploie souvent dans ce cas le terme de « fatigue nerveuse« . Nous sommes alors dans le cas d’une situation où la personne vit un stress permanent. Hors au niveau physiologie il a été établi que la fatigue est directement en relation avec la quantité d’oxygène disponible. Plus cette quantité d’oxygène diminue plus la fatigue augmente. Sur le plan musculaire quand l’oxygène est consommé il existe un système parallèle qui peut fonctionner en anaérobie c’est à dire sans oxygène, mais il va consommer beaucoup d’énergie. Lors d’un entraînement les exercices proposés vont bien sûr permettre de solliciter les systèmes aérobie (en présence d’oxygène) et anaérobie (en absence d’oxygène) afin d’être performant dans tous les cas Si nous ramenons cela à notre quotidien ou la sensation de fatigue et de saturation peut apparaître à tout moment se rappeler ce lien  de cause à effet « fatigue <-> manque d’ oxygène » va être très important.

Oxygénation, respiration

A de nombreuses occasions nous avons parlé des bienfaits de la respiration et nous avons souligné ses effets anti-stress. Dans le cas de l’endurance la physiologie vient nous donner une explication mais aussi un argument de plus pour faire des pauses respirations régulières au cours de sa journée. Nous savons que respirer en conscience, de façon continue, est tout un apprentissage. Au départ la meilleure stratégie va être de se fixer des points de repères dans l’emploi du temps de sa journée pour faire des pauses respirations. Par exemple toutes les heures prendre 3 minutes pour faire de profondes respirations ventrales est déjà excellent. Vous ne vivrez pas votre journée aussi pesante que d’habitude et vous gagnerez en efficacité! Par la suite si vous désirez varier le type de respiration vous savez que vous disposez de la respiration alternée et de la respiration égyptienne. Il y a également la respiration afghane qui se fait en marchant et que vous pouvez pratiquer à chaque déplacement même s’il s’agit d’un trajet de quelques minutes. Loin de perdre du temps c’est l’inverse vous en gagnerez car au moment de revenir sur votre travail vous aurez les idées plus claires et vous vous sentirez en forme .