Les 8 énergies du Pakua revisitées

Cet article s’adresse à celles et ceux qui connaissent et/ou pratiquent régulièrement les « Pakua » soit sous forme d’un qi-gong, soit sous forme d’un taï-chi. C’est donc un complément, une présentation des trois articles parus récemment:

Comme vous le savez, « travailler les Pakua » est un travail de longue haleine, que ce soit à travers des marches, des méditations dynamiques, des mouvements spécifiques, il faut du temps avant de pouvoir vivre et transcender les 8 énergies des 8 trigrammes. Il est donc strictement impossible de prendre cette base ancestrale pour la décliner, et pour l’utiliser en en thérapies courtes ou en coaching puisque le cadre classique est de 10 séances.

Notre objectif pédagogique a donc été de recréer un set de 8 mouvements afin qu’en médiation corporelle – thérapie ou coaching – on puisse faire travailler la personne sur ces énergies archétypales. Le cahier des charges opérationnel est que l’apprentissage ne prenne pas plus de 2 à 3 h pour une personne ignorante du qi-gong ou du taï-chi, et qu’elle puisse le répéter sans danger toute seule chez elle.

On imagine bien qu’entre un contexte antique Taoïste et un contexte contemporain citadin, il y a une re-contextualisation nécessaire et que les objectifs atteints en 30 ans de pratiques n’auront strictement rien à voir avec ceux atteints en 3 heures de pratiques! Toute comparaison serait non pertinente.

Notre challenge était donc de faire vivre les 8 énergies en médiation corporelle à « un cadre non sportif, stressé et peu disponible ».  Pourquoi? Comme expliqué dans le troisième article, afin soit de redonner de l’autonomie à la personne, soit de l’enrichir d’énergies qu’elle ne connaît pas. Nous sommes là dans le grand principe de l’Altérité enrichissante, allez visiter les 8 énergies, et surtout celles que l’on ne connaît pas ou que l’on n’aime pas, est un puissant levier de changement et d’ouverture vers un futur novateur. On comprend tout l’intérêt en thérapie ou en coaching!

Ce projet, ce challenge, a commencé il y a 3 ans, début 2014. La principale base d’inspiration initiale fut les illustrations de  « Taiji quan : Ba men shi san shi » (1996). Pour l’anecdote, historiquement, c’est grâce à Patrick Vaidie l’illustrateur de ce livre (et pratiquant), que j’ai connu l’approche et la pratique de Georges Charles. Voici la version initiale sur laquelle nous nous sommes appuyée:

pakua-bagua-8qq_500

Il a donc fallu ensuite valider la mise en mouvement. L’idée initiale était bien sûr de s’inspirer au plus près du Ba men shi san shi (école des huit portes et treize postures), mais l’expérimentation avec des « primo-débutants » nous a fait évoluer vers des pratiques soit plus simples, soit qui permettent de dégager plus vite un vécu significatif vis-à-vis de l’énergie du trigramme. Le mouvement neuro-sensoriel, mais aussi le Tui-shou et bien sûr le Kung-fu nous ont permis, au fur et à mesure, de peaufiner la gestuelle et l’intention afin d’être efficient dans notre cadre.

Les retours-erreurs du au fait que les personnes pratiques ensuite sans instructeur chez elle, nous ont aussi obligé à revoir certaines « prétentions » et soit à caricaturer encore plus  le mouvement (pédagogie), soit à simplifier pour contourner le fait que les personnes ne sont ni sportives ni pratiquantes de Taï-chi. Les formes exposées dans les vidéos des articles tiennent compte de tout ce chemin. Ce n’est bien sûr qu’une proposition, juste, elle donne satisfaction avec un public néophyte.

La version que nous vous avons présentée lors des deux premiers articles donne satisfaction soit en mouvement séparé en séance individuelle, soit comme un tout cohérent lors de mini-stage de 3h.

Pour finir, nous partagerons avec vous deux choix, celui du Lac et celui du Feu.

Comme vous avez pu le lire dans le descriptif du mouvement « Lac », nous avons privilégié la version « lac » à celles des « brumes, vapeurs lumineuses ». On a effectivement le choix entre prendre le potentiel à son départ « le lac de barrage » ou à son arrivée, en bas de la cascade avec « les vapeurs lumineuses »:

Le lac, sa brume, ses vapeurs lumineuses
Le lac, sa brume, ses vapeurs lumineuses

Dans les deux cas, il s’agit d’une énergie Yang liée à ce que l’on nomme l’énergie potentielle en mécanique et d’une ambiance régénérante avec tous les ions positifs que l’on ressent. Comme support visuel ou imaginaire, il ne s’agit pas de prendre un lac de barrage artificiel avec du béton, mais plutôt un lac vivant et vivifiant comme  le lac d’Annecy par exemple.

De par notre choix « Celtique » nous avons pris ce qui est le plus courant sous nos climats: le lac de barrage des castors étant plus courant que le lac de cascade. C’est un choix,l’autre est bien sûr possible et débouche sur une interprétation du mouvement peut être moins statique, plus vaporeuse, plus ondulatoire.

Pour le feu aussi nous avons aussi privilégié l’approche Celtique. La lave du centre de la Terre, du volcan aurait été une autre option, qui aurait débouchée sur un autre interprétation du mouvement moins sautillante, plus feu de braises par exemple.

Comme on le voit, ce set de 8 mouvements est le résultat de nombreux choix conjoncturels. Bien d’autres sets pourraient être mis au point, la difficulté restant d’obtenir un set cohérent et adapté au public visé.

Bien cordialement

 

Pascale & Marc

Advertisements

2 réflexions au sujet de « Les 8 énergies du Pakua revisitées »

Les commentaires sont fermés.