Qi-gong & cycle des saisons

Qi-gong & cycle des saisons

Qi-gong des 4 saisons

Symbolique du mouvement

Si nous observons la Nature, toute la vie est basée sur la notion de cycles. C’est-à-dire un déroulement, un enchaînement de toutes sortes de phénomènes qui se renouvellent à une certaine fréquence et dans un ordre déterminé. Qu’il s’agisse de cycles dans l’univers comme le cycle lunaire, de cycles terrestres par exemple les saisons, de cycles humains l’enfance, l’ adolescence, la période adulte puis la vieillesse, bactériens comme le cycle de Krebs ou de la transformation d’un élément comme le cycle de l’azote, le cycle de l’eau, etc., à tous les niveaux nous pouvons l’observer.

L’infiniment grand comme l’infiniment petit n’y échappe pas: la notion de cycle est présente partout.

Prenons l’exemple du cycle de l’azote. C’est un processus naturel par lequel l’azote, contenu dans l’atmosphère terrestre (il en constitue 79%), passe dans le sol, puis les plantes, les animaux herbivores et leurs prédateurs carnivores, avant d’être restitué dans l’atmosphère.

Le cycle de l'azoteCet échange complexe qui se passe entre l’atmosphère, les organismes vivants du sol, puis les plantes les animaux etc, permet à la vie de se manifester. Que se passe t-il quand nous avons des difficultés à accepter que la vie est ainsi, que le temps est venu de passer à une autre étape ou qu’il est normal que « la roue tourne ». Que se passe-t-il par exemple quand nous cherchons à prolonger une situation qui n’est plus juste: « Que notre ‘enfant de 20 ans’ vive encore un peu à la maison », que nous nous accrochons à une croyance devenue pénalisante: « mon père me dira un jour qu’il est fier de moi » etc. Nous venons en réalité bloquer l’énergie de vie. Nos rôles, nos fonctions, nos relations sont forcément appelés à se modifier au cours de notre vie. Refuser cette réalité c’est refuser d’évoluer comme si nous voulions rester figés à un stade donné. Imaginez ce qui se passerait si tout à coup nous vivions dans un printemps permanent. Sans passage à l’été pas de mûrissement possible, sans automne pas de récolte et sans hiver pas de repos pour la terre. Symboliquement chaque saison correspond à un processus intérieur: le printemps je fais un choix, l’été je l’expérimente, l’automne j’en vis les conséquences et l’hiver je fais le bilan de ce que je veux renouveler ou modifier pour mon futur. Si toutes ces étapes sont bien assimilées alors il y a une évolution constructive. Si une des étapes est omise, il ne peut y avoir d’évolution.

Si j’ai conscience que l’une de ses étapes est difficile pour moi ou que de passer de l’une à l’autre est stresseur comment faire? Que faire quand j’ai du mal à accepter que la roue tourne, que le temps n’est plus celui de mes 20 ans ou que mon rôle de mère est à durée déterminée comment faire? Travailler les mouvements de Qi-gong des quatre saisons va être l’outil le plus performant pour dépasser ce type de stress, relancer la dynamique de l’évolution et donc la dynamique de vie en nous. En répétant cet enchaînement tous les jours nous venons créer des repères dans notre corps ou cette notion de cycle peut être vécue comme simple et naturelle. Nous n’avons plus besoin de retenir les choses, nous n’avons plus peur de passer à une autre étape. Nous sommes en mesure d’accueillir la vie dans ces cycles et de nous adapter, car nous pouvons les suivre sans stress.

Le « Qi-gong des 4 saisons »

La version que nous vous proposons ci-dessous est prévue pour être utilisable en thérapie basée sur la médiation corporelle, en coaching ou bien sûr en pratique de santé et de mieux-être. Ceci suppose qu’elle est adaptée à des personnes n’ayant aucune expérience en Qi-gong ou en Taïchi et que la personne va pratiquer chez elle sans la supervision d’un instructeur. Aussi les pratiquants de Taïchi peuvent trouver ça « trop facile ». En réalité ce travail est de type « cerveau droit », c’est-à-dire qu’il passe par la symbolique et l’intelligence du corps à faire des ponts. Le fait de poser une intention de travail est donc primordial et ensuite « faire… faire et refaire » va permettre l’intégration. Il n’y a aucun objectif de résultat, faire est suffisant!

L’inter-saison

La première étape est la mise en mouvement et se nomme inter-saison, car, contrairement à l’Asie, nous n’avons pas de cinquième saison, mais juste des inter-saisons. Cette mise en mouvement se fait à travers une translation gauche-droite, les bras reposant souplement comme sur un énorme ballon, les épaules sont relâchées et basses:

Qi-gong des 4 saisons en Etherapie

Le mouvement est lent à votre convenance. Cette inter-saison peut être répétée à loisir et ajoutée entre chaque saison. La respiration est aidante et donc souvent synchronisée avec le mouvement.

Le printemps

Pour le printemps, le mouvement monte vers le Ciel, vers le soleil, l’énergie monte:

Qi-gong des 4 saisons en Etherapie : le printemps

On bascule sur la jambe avant en se tournant vers l’extérieur. Le talon de la jambe la moins sollicitée peut décoller, l’avant du pied restant au sol avec un léger pivot si besoin.

L’été

On continue à aller vers le soleil, vers le Ciel, mais cette fois-ci on se tourne vers l’intérieur. Le talon reste au sol et le bout du pied peut décoller:

Qi-gong des 4 saisons en Etherapie : l'été

L’automne

Cette fois-ci c’est vers la Terre que l’on se dirige. Comme pour le printemps, on se tourne vers l’extérieur et l’avant du pied reste en contact alors que le talon peut se lever:

Qi-gong des 4 saisons en Etherapie : l'automne

En fonction de sa souplesse, on pourra mettre ou non les mains sur les genoux pour s’aider. Les danseurs et autres personnes souples peuvent descendre très bas, mais attention de ne pas perdre la « cadence » qui doit rester la même.

L’hiver

Pour finir, on se dirige vers la Terre comme précédemment, mais en se tournant vers l’intérieur. Le talon reste au sol, la pointe de pied pouvant se  lever (pied en portemanteau):

Qi-gong des 4 saisons en Etherapie : l'hiver

Comme toujours la respiration doit être aidante, et souffler en descendant les mains le long de la jambe est souvent une bonne solution.

Afin de donner une vision dynamique de l’enchaînement, voici une vidéo:

Voici une base pour une bonne pratique:

  • 4 inter-saisons (soit 2 Aller-Retours)
  • 6 printemps (soit 3 AR)
  • 4 inter-saisons (soit 2 AR)
  • 6 étés (soit 3 AR)
  • 4 inter-saisons (soit 2 AR)
  • 6 automnes (soit 3 AR)
  • 4 inter-saisons (soit 2 AR)
  • 6 hivers (soit 3 AR)
  • BIS (vous répétez une deuxième fois l’enchaînement complet)

Vous pouvez bien sûr augmenter le nombre d’aller-retours pour chaque saison.

Conclusion

La Nature est notre meilleur modèle et notre corps notre meilleur allié pour se mettre à l’unisson de ce qui est juste pour vivre en harmonie. Que ce soit avec nous-même en interne, avec les autres ou avec la Vie au sens large, la pratique de la médiation corporelle si elle demande certes un engagement et donc des efforts, est une véritable opportunité de dépassement de ses stress et au delà de maîtrise de notre ego.

Publicités