Tao No-Stress

Tao No-Stress

La voie du Tao

Une bonne philosophie de vie aide à garder le cap et l’état no-stress.

La base de la démarche non-duelle du TAO est le livre Tao-Te-King qui propose sous forme de 81 mini-chapitres des paroles de sagesse ordinaires, c’est-à-dire applicables tous les jours dans la « vraie » vie. L’idée générale est de savoir s’adapter à la vie sans stress et non de vouloir adapter la vie donc avec stress.

Le nouveau site www.Tao-Te-King.com  se veut un site de partage des interprétations de ce célèbre livre millénaire.

Comme le montre l’animation vidéo ci-dessus la base de l’approche est une subtile harmonie entre le Yin et le Yang, le vide et le plein, l’accueil et l’action . C’est comme une danse entre ces deux polarités complémentaires.

No-stress…

Le stress est une tension, et cette tension est souvent une réaction. Depuis notre plus tendre enfance nous nous positionnons en fonction des contraintes, nous résistons pour garder notre intégrité et c’est normal. Le souci à termes, est que nous ne sommes plus que « réactions » d’où le stress permanent dans lequel nous vivons. L’idée dans la voie du vide et du plein serait plutôt de suivre le sac et le ressac de la vague, d’accompagner l’inspire et l’expire ou encore de ne pas avoir la même position quand on mange ou quand on digère.

Tao Yin-Yang

On nomme cette voie celle de la non-dualité car le vide ne s’oppose pas au plein, l’utile et l’inutile n’existe qu’en fonction du contexte, à priori, rien n’est utile ou inutile. On peut dire que tout est relatif. Et, afin de vivre au mieux dans l’environnement qui nous est disponible, afin de limiter le stress, l’attitude va être d’adapter notre positionnement ou notre action au contexte. Il va falloir re-contextualiser en permanence, c’est-à-dire vivre l’instant présent sans a priori. Cela nécessite d’être à l’aise avec toutes les facettes du Yin et du Yang (voir aussi notre approche Ethérapie).

Le Tao intérieur

S’adapter, suivre le contexte en permanence et à chaque instant, peut devenir une source de stress énorme si le contexte bouge et évolue en permanence… ce qui est le cas en ce moment. Si s’adapter au vent du moment c’est être girouette, les vents tournants et non stables deviennent autant de sources de fatigues et de stress! Il faut donc passer en mode culbuto.

Comme le dit Wikipedia, le culbuto est un jouet traditionnel, un petit personnage dont la base arrondie est lestée de sorte que, même si le jouet est renversé, il se redresse toujours et revient à la verticale en oscillant.

Culbuto ou le Tao intérieur

Comme le fait comprendre cette métaphore du culbuto, nos repères doivent être intérieurs (culbuto) et non extérieurs (girouette), et cela nécessite un travail sur soi. En France, qui dit travail sur soi dit thérapie ou psychothérapie, et c’est vrai que c’est une méthode intéressante au niveau du mental, mais il existe aussi la philosophie et la spiritualité. De ce point de vue, Tao Te King est un outil mental très performant que l’on peut situer à la frontière de la philosophie, de la spiritualité et de la psychologie. Ensuite il y a aussi, bien sûr, la médiation corporelle qui, comme le confirment toutes les nouvelles recherches en neurosciences, va permettre d’agir sur la plasticité neuronale et donc sur notre façon de penser et de nous comporter.

Avoir son Tao intérieur c’est bien-sûr dans un premier temps avoir son Yin et son Yang, par exemple son animal totem (Yang) et son végétal totem (Yin) dans une approche shamanique (approche intégréer à l’Ethérapie). Mais c’est aussi savoir vivre ces énergies dans la vie de tous les jours et là il y a une grande ré-éducation à faire sur la facette Yin perçue et étiquetée « faible » depuis « la nuit des temps ». Et là aussi, la médiation corporelle va nous être très utile. En effet, qui peut prendre le risque d’une nouvelle attitude au boulot? Personne, c’est trop dangereux d’autant que, comme dit plus haut, nous n’avons aucun point de repère personnel ni même sociétal.

La première étape va donc consister à aller à la rencontre de « son Yin » via le Yoga ou le Qi-gong ou toute approche dite interne (le côté externe est le côté Yang et se travaille dans l’art martial).  Une fois le Yin touché, contacté, il faut aller visiter plus largement ce Yin, via ses nombreuses facettes. Là encore, le faire directement dans le boulot serait périlleux voire hasardeux ou dangereux, aussi les différents mouvements de Qi-gong ou de Yoga vont-ils nous permettre de travailler, en toute sécurité bienveillante, nos facettes Yin (ou Yang).

Médiation corporelle

Médiation corporelle en mouvement

Dernière étape, être capable de changer de polarité en souplesse, comme le sac et le ressac de la vague. Si le Yoga ou le Qi-gong propose bien des mouvements avec une alternance Yin-Yang implicite, le côté transformation n’est pas ou peu mis en avant. Le Taïchi, de ce point de vue propose une pédagogie plus pertinente, mais risque d’être trop martial, donc trop Yang. Le Tui-Shou et le mouvement neurosensoriel, tout deux dérivés ou en relation avec le Taïchi, sont – pédagogiquement – bien plus abordables et intéressants pour pouvoir vivre – en références internes – cette transformation Yin-Yang.

Le mouvement neuro-sensoriel (MNS), notamment mis au point et didactisé par Danis Bois, propose des translations très lentes suivant les trois directions Avant-Arrière, Haut-Bas et Gauche-Droite. La lenteur est telle que le mouvement prendra au moins 15 secondes. L’intériorisation est donc possible et favorisée. Il existe tout une suite de codifiés pour augmenter ses repères internes.

Le Tui-Shou (prononcé toui-sho) est une forme traditionnelle que l’on retrouve dans les écoles de Qi-gong ou de Taïchi et dans quelques écoles d’art martiaux. Vu de l’extérieur, il s’agit d’un affrontement par poussées de mains, mais la réalité intérieure est tout autre comme en Aïki-Do. L’objectif est d’accueillir – Yin – la poussée de l’autre – Yang -. Accueillir et ne pas s’opposer ou résister! Une fois accueillie, on va transformer la direction de l’énergie de la poussée afin de l’envoyer sur l’axe Yin – vide- du poussant … qui tombe. Un très bon cours de Michael Gilman, mais en anglais, sinon, un cours de base en français:

Bien sûr la forme externe ne doit être qu’un prétexte pour le travail interne, cela exclut donc toute forme de compétition ou de démonstration, ce qui ce que l’on voit le plus sur le Net. Il est vrai que le travail interne n’est pas très … visuel ;o)

Conclusion

Si Tao Te King propose une excellente base philosophique, psychologique et spirituelle pour atteindre le no-stress et donc le mieux-être et la joie de vivre, il est important de compléter cette approche mentale par une approche corporelle et énergétique (ce que fait par exemple l’Ethérapie). Le yoga en mouvement ou le qi-gong non dogmatique comme décrit dans nos livres restent une base incontournable, le Tui-shou et le MNS sont deux outils complémentaires des plus intéressants pour travailler la danse du Yin et du Yang, la transformation ou le passage de l’une des polarités à l’autre.

Publicités