Comment déterminer les exercices nécessaires

Le biotesting en coaching

Introduction

En coaching individualisé, le plus difficile c’est de déterminer le bon exercice, la bonne solution pour le coaché. Quelque soit le protocole suivi pour l’anamnèse, le bilan demande beaucoup d’expertise, de savoir faire.

L’anamnèse (en grec « souvenir ») est le récit de la « biographie ».  En médecine, l’anamnèse c’est l’histoire de la maladie, on y retrace les antécédents médicaux et l’historique de la plainte actuelle du patient, ainsi que les résultats des différentes explorations déjà faites et les traitements entrepris. En psychologie, c’est un peu la même idée, l’anamnèse reste la biographie du sujet. Là aussi, les informations relatives au passé du patient vont être recueillies par le thérapeute. En revanche c’est l’aspect « psy » qui va être évoqué: situation familiale, conjugale, professionnelle …

Après cette anamnèse reste le bilan et les conclusions, le choix des actions correctives à mener. Si l’on est dans le cadre d’une école ou d’une méthodologie très structurée, un questionnaire type va vous permettre de déboucher sur les solutions les plus probables. Les plus probables et non celle adaptée au patient ou au client. Par exemple, en homéopathie, le « Kent » est une démarche, un questionnaire très cadré. Il existe même un logiciel qui formalise le protocole. Toutefois, pour un set de réponses données, il existe entre 10 et 20 solutions possible…

Alors, si l’on n’est pas un coach « vieux chêne » avec 30 ans d’expertise comment fait-on? Les « jeunes pousses » sont-elles vouées à rester dans l’ombre de leur mentor? Faut-il attendre dans des emplois différents le jour de la promotion « sagesse »? Et bien l’utilisation d’un biotest va souvent être la meilleure des solutions pour qu’une « jeune pousse » puisse se lancer sans être en sur-stress permanent ou en contre-performance ce qui serait dommageable et pour le coaché et pour le coach.

Qu’est-ce qu’un biotest?

Le biotest est une objectivation d’un stress. Ce ressenti est perçu par le coach ou le thérapeute en fonction des questions qu’il pose. Le principe de l’anamnèse reste, mais c’est le stress du coaché qui est évalué afin de dissocier les éléments signifiants. C’est comme le détecteur de mensonge dans les films d’agents secrets. Ce biotest est d’ailleurs utilisé dans certaines approches de mieux-être en Suisse, en Belgique, bref dans les pays où c’est autorisé. Ce biotest avec des capteurs sur les mains est la mesure galvanique GSR – Galvanic Skin Response -, il est en général, du moins dans les films, associé à l’EEG qui va lui mesurer les modifications de l’activité cérébrale. Le stress provoqué par une question va être objectivé par la mesure. Évidement dans les films, on cherche si la personne ment ou non, en coaching ou en thérapie, l’idée est tout autre. On va chercher si une question stress ou non la personne. Si elle stresse, c’est que consciemment ou inconsciemment, les paramètres de la question font partie de la problématique « stress ».

GSR : Détecteur de mensonges
GSR : Détecteur de mensonges portable

Toutes les approches complémentaires de bien-être utilisent officiellement un biotest. En MTC – Médecine Traditionnelle Chinoise – il s’agit de la palpation des pouls, en ostéopathie, il s’agit du ressenti du MRP – Mouvement de Respiration Primaire -, en iridologie de  l’observation du mouvement rétinien, en kinésiologie, de la réponse au stress d’une chaîne musculaire, etc. En thérapie ou en coaching, on peut donc utiliser un de ces biotests ou encore d’autres comme le célèbre pendule du radiesthésiste. Il faut savoir que si le pendule a mauvaise presse en France du fait de notre histoire « Église de Rome », en Angleterre, aux US et globalement dans pas mal de pays du monde, beaucoup d’homéopathes ou de phytothérapeutes utilisent le pendule comme biotest lors de leur anamnèse.

Le pendule en coaching !!!

Et oui, le biotest au pendule est une possibilité, il peut être un excellent outil complémentaire pour tout coach ou thérapeute. Pour le lecteur peu au fait de la radiesthésie, sachez que nous avons édité un kindle à moins de un euro qui permet de se faire son opinion sur le sujet. Il ne s’agit pas d’un livre sur « comment faire », mais bien un livre sur les tenants et les aboutissants.

Qu-est-ce que la radiesthesie ?
Qu-est-ce que la radiesthésie ?

Expertise, biotest, intuition

Dernier point, dernière question: mais le biotest n’est-il pas juste l’expression de l’intuition, de l’expertise?

Vous connaissez sûrement la série TV : « Lie to Me« . Elle est inspirée des découvertes scientifiques du docteur en psychologie clinique Paul Ekman qui est un vrai détecteur de mensonges vivant. Ce spécialiste en comportements humains, le Dr Cal Lightman dans l a série, sait voir et interpréter tous les micro-mouvements du visage et en déduit si une personne est stressée ou authentique.

On sait très bien que notre inconscient note une multitude d’informations, qui au final, comme Sherlock Holmes, permettent d’arriver à la bonne conclusion!

Tout à fait, le seul problème est celui évoqué en début d’article: tout le monde n’est pas Sherlock ou Ekman ou Hercule Poirot. Alors comment faire les dix premières années de pratique, avant que l’expertise arrive? Et c’est là que le biotest apporte un vrai plus. Que du plus, puisque de toute façon, le thérapeute – ou le coach – a déjà sa méthode, son approche, ses techniques. Le biotest ne retire absolument rien des connaissances du professionnel, ce n’est que du plus.

Publicités