Ostéopathie No Stress

Notre collègue et ami Fabrice Mégrot – Docteur en Sciences, thérapeute manuel méthode M-R. POYET, formateur à l’Institut de Thérapies Informationnelles, formé à l’Ethérapie – vient de sortir un mémento sur l’Ostéopathie cartonne bien, puisque que déjà au top des ventes chez Cultura! Une bonne occasion de parler Stress et Ostéo !

Présentation

Comme le titre et le format le laissent à prévoir, il s’agit d’un ouvrage de la même collection que Sport No Stress ou Vie No Stress, un mémento édité par Fantaisium.

Mémento de l'Ostéopathie
Mémento de l’Ostéopathie

Quand vous ouvrez le livre, vous retrouverez le même type de présentation et le même souci d’accessibilité:

Mémento de l'Ostéopathie Fiche 7
Mémento de l’Ostéopathie Fiche 7

Voilà, les présentations sont faites, passons à notre thématique: le stress.

 Le sommeil

Premier point important en gestion du stress, avoir un sommeil régénérateur. La fiche 6 « Mon sommeil » nous dit, par exemple:

Généralement, ceux qui ont des problèmes avec leur sommeil en ont également d’autres : troubles digestifs, migraines, troubles de l’humeur. Comme ces problèmes sont souvent liés aux fonctions automatiques gérées par le cerveau, c’est l’ostéopathie crânienne qui va être mobilisée pour résoudre les problèmes.

On y évoque aussi le problème d’apnée et bien sûr comment dormir. On voit bien ici le rapport direct avec le stress: bien dormir pour être au top et donc être moins stressé ou du moins mieux gérer les stress de la vie.

La posturologie, l’orthodontie, etc.

Autre point important qui influe sur le stress, les petits stress répétés tous les jours, toutes les heures, toutes les minutes! Un mauvais positionnement de la mâchoire c’est un stress permanent et, de plus dans la sphère crânienne. Grincer des dents en est souvent l’expression visible. Le recours à des spécialistes comme les orthodontistes et les ostéos en complément est un levier important pour déstresser.

Verre d'eau

Pour bien comprendre l’impact de ces micro-stress sur le stress global d’une vie, prenons une métaphore, celle du verre d’eau. On demande à un athlète s’il peut porter un verre d’eau. L’homme rigole et dit bien sûr. On lui donne le verre d’eau et on lui demande de le tenir devant lui, bras tendu. L’homme commence à avoir un doute, mais se dit qu’en tant qu’athlète, il n’y a pas de souci. Et, le temps passe, et … les crampes apparaissent, et plus le temps passe et plus les choses se dégradent! Arrive un moment, où, même le plus grand des athlètes sera mis au sol par un simple verre d’eau.

Que « le verre d’eau » soit un mauvais placement de la mâchoire, un problème de voute plantaire, une légère bascule du bassin, tous ces micro-stress, à force, génère un stress d’autant plus sournois que l’on ne le voit pas venir.  A nouveau, utilisons une métaphore pour bien comprendre comment on peut vivre avec un stress énorme sans même s’en apercevoir. Il s’agit de la métaphore de la grenouille:

Grenouille cool

Imaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.
La température continue à grimper. L’eau est maintenant chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s’affole pas pour autant.
L’eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s’est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien.
La température continue à monter jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir, sans jamais avoir fait quelque chose pour s’extraire de la marmite.

Si la même grenouille avait été plongée directement dans l’eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l’aurait éjectée aussitôt de la marmite. Cette expérience montre que, lorsqu’un changement s’effectue d’une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte.

Conclusion

Souvent nous avons l’habitude d’externalisé, de chercher les causes à l’extérieur : c’est la faute au boulot, c’est la faute de l’autre, c’est la faute à la société, … Si ces facteurs objectifs sont souvent bien réels, en revanche, nous n’y pouvons rien, nous n’avons pas de levier d’action. Se lamenter n’a jamais fait baisser le stress, aussi, telle la grenouille nous allons droit vers une fin inéluctable : cuit par le stress, ce que l’on nomme burn-out en entreprise.

Votre corps est votre meilleur ami, aussi que ce soit par des pratiques corporelles personnelles (Yoga, Qi-gong, …) ou accompagnées (ostéo, massage, posturo, ortho, …), il est important de ne pas négliger ces mini-stress répétitifs, et de les prendre en charge pour moins de stress et plus de bien être.

 

Publicités