Avion No Stress

Avion No-Stress,
Perte de moyens, doutes :
sortir de l’impasse par la médiation corporelle.

L’avion, en pratique de plaisance ou sportive, nécessite, encore plus que les autres sports ou activités, un état « No-Stress », sécurité oblige! L’approche Sport No Stress, qui s’appuie notamment sur le Qi-Gong, et Vie No Stress, qui s’appuie sur le Yoga, sont bien sûr parfaitement adaptées à la pratique du pilotage d’un avion en … « no-stress » bien sûr :o)

Bannière Avion-no-stress

Introduction

Cet article se propose de mettre en évidence les situations de stress spécifiques au pilotage et de vous indiquer les actions correctives (n° de page dans les mémentos). On peut prendre cet article comme un cas d’école, un exercice de style sur l’approche « No-Stress » ou une application opérationnelle à une discipline particulière. Pour chaque sport, chaque activité, on peut mettre au point un mémento basé sur la même structure que nos trois ouvrages de base, à savoir:

  1. Description de la situation stressante
  2. Analyse et diagnostic de la problématique
  3. Action corrective

Toute école ou fédération peut d’ailleurs prendre contact avec nous pour mettre au point leur mémento, c’est avec plaisir que nous partagerons notre expertise. La mise au point du mémento se fait bien sûr en partenariat avec un pratiquant-instructeur de la discipline. Ainsi, pour ce « mémento-article » nous remercions Dominique C. de ses explications sur le terrain, de sa pédagogie et de sa gentillesse.

Les exercices proposés dans l’approche « No-Stress » sont avant tout à portée préventive afin de renforcer notre capacité de gestion des stress. Tout le monde connaît le fameux dicton « Mieux vaut prévenir que guérir » et sait qu’il est bien souvent bien plus facile d’agir avant, pour empêcher qu’une situation ne se produise, que de devoir agir une fois que celle-ci est arrivée. Ainsi faire les exercices conseillés pour une situation donnée, si on a conscience que celle-ci peut être effectivement une source de stress pour soi, permettra de conserver intact ses capacités si effectivement on doit être confronté à ce type de situation dans le futur. Ensuite, les exercices proposés sont aussi correctifs, à utiliser directement « sur le terrain » face à une situation spécifique. Ainsi, en plus de toutes les mesures déjà reconnues et appliquées en aviation, avec les exercices préventifs ou correctifs, vous vous assurerez des vols dans les meilleures conditions de sécurité possibles, … sans stress et donc avec un maximum de plaisir.

Comme dit en introduction, vous retrouverez la description complète des exercices dans nos ouvrages, l’objectif n’étant pas ici de reproduire nos mémentos, mais bien de mettre en visibilité la démarche, la philosophie « No-Stress ».

Pour les personnes n’ayant jamais volé ou non-intéressé par l’aviation, le principal intérêt de cette publication sera la découverte de ce milieu et, pour tous les coachs, le plaisir de découvrir, via une étude de cas, notre approche.

Pour finir cette introduction et afin de rendre plus lisible le plan général de la publication, voici le sommaire complet:

Introduction

A -Stress dus à des facteurs extérieurs

  1. Je dois renoncer à mon vol ou Je pars ne sachant pas si la météo permettra un retour à l’heure
  2. Des retards s’accumulent, j’ai dû changer d’avion en dernière minute …
  3. Un crash a eu lieu la veille
  4. Un passager perturbateur
  5. Phraséologie non standard
  6. Radio qui parle en continu
  7. Un autre pilote est en difficulté
  8. Modifications successives des données d’approche de service
  9. Devoir aller sur un aéroport de dégagement

B- Stress liés à des facteurs personnels

  1. J’arrive en retard
  2. Un deuil récent
  3. Je viens de me disputer avec mon conjoint
  4. J’ai des soucis avec mes enfants
  5. Ruminations mentales
  6. Maintenir mes capacités dans le temps

C- Prévenir plutôt que guérir

  1. Les 8 mouvements dits de Brocart
  2. La marche dite Afghane
  3. Le bâillement dit énergétique

Conclusion

A -Stress dus à des facteurs extérieurs

L’activité aéronautique est une discipline bien spécifique exigeante aussi bien sur le plan physique, émotionnel que mental. En parallèle au plaisir de voler, réside la notion d’une immense responsabilité, car le droit à l’erreur n’existe pas. Être capable de conserver sa rigueur intellectuelle, d’activer sa mémoire et de faire preuve de vivacité d’esprit de façon à toujours prendre la bonne décision au bon moment est un challenge que de nombreux pilotes connaissent bien.

Nous commencerons par évoquer les stress liés à des facteurs extérieurs puis nous enchaînerons les stress liés à des facteurs personnels pour finir sur des pratiques préventives. Les actions correctives seront simplement citées (référence de l’ouvrage avec sa page) sauf s’il y a une variante spécifique à l’aviation.

1. Je dois renoncer à mon vol ou Je pars ne sachant pas si la météo permettra un retour à l’heure

Ces deux situations sont susceptibles d’être source de frustration et d’entrer en résonance au niveau inconscient avec un sentiment de solitude. Sachant que l’émotion, quelle que soit sa nature est avant tout de l’énergie, il va être nécessaire de libérer cette énergie pour retrouver sa zénitude et ne pas rester bloqué dans son stress. Dans l’instant deux outils possibles:

  • PNS p200 (vocifération)
  • VNS p35 (yoga des yeux)

et si vous vous sentez « tout seul », réactiver ou afficher l’image ressource:

  •  PNS p120 ou SNS p50 (futuroscope)

2. Des retards s’accumulent, j’ai dû changer d’avion en dernière minute …

Ce type de contrariétés dans l’inconscient peut générer une certaine forme de tristesse parce que tout se passe comme si on ne méritait pas d’avoir de la chance. Cela va créer une sorte de mal-être indéfinissable que l’on peut cacher derrière une impression de colère. Les outils très spécifiques qui vont vous permettre de retrouver rapidement votre axe sont:

  • PNS p80 ou SNS p52 (libérer la cuirasse)
  • PNS p96 ou SNS p66 (4 cerveaux)
  • PNS p122 ou VNS p40 (dote)

3. Un crash a eu lieu la veille

Difficile de ne pas être affecté par une telle nouvelle. Même si notre raison est capable de nous énumérer x arguments pour nous convaincre que les conditions de notre vol n’ont rien à voir avec le contexte de l’accident, nous pouvons être touchés et ressentir de la tristesse pour ceux qui sont concernés par cet événement. Une forme d’apathie peut en découler.

ans-crash

La solution va être de prendre un jus de citron. La vitamine C qu’ il contient permettra d’obtenir un effet notable sur notre état mental. Cette vitamine a de très nombreuses fonctions celle qui nous concerne touchant la fonction cérébrale, car elle va contribuer à la synthèse de certains acides aminés entrant dans la composition de neurotransmetteurs comme la dopamine, la noradrénaline etc. qui conditionnent directement l’attention et la faculté de concentration. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas un stimulant, mais un régulateur métabolique. Si on est en carence, le fait de prendre de la vitamine C peut avoir au début comme un effet dopant puis au fur et à mesure cela fera place à un effet normalisateur qui va par exemple améliorer la qualité du sommeil, voir même pour certains avoir un impact anti-anxiogène.

En plus de ce truc génial et simple, voici les outils adaptés:

  • PNS p126 (vit. C)
  • PNS p76 ou SNS p58 (le huit)
  • VNS p84 (yoga des sons)

4. Un passager perturbateur

Vous avez dû accepter à votre bord une personne que vous n’appréciez pas du tout …

Il y a des situations où malheureusement il n’est pas toujours possible de remédier de façon directe: impossible de laisser son passager au bord de la route! Il est indispensable de ne pas laisser sa colère prendre le dessus et de garder son calme.

Pour cela pratiquer la respiration cohérente va être d’un effet immédiat et sera à utiliser sans modération tout au long du vol. Deux autres outils vont venir remettre les compteurs à zéro avant le départ ou aux escales:

  • PNS  p82 ou SNS p62 ou VNS p72 (respiration cohérente)
  • PNS p96 ou SNS p66 (4 cerveaux)
  • PNS p196 ou SNS p 80 VNS p70 (réflexologie palmaire)

5. Phraséologie non standard

La communication a pour objectif de transmettre des informations et la seule façon de savoir si nous avons bien communiqué est la reformulation. Dans les situations d’urgence, ou de trop grande confiance parce qu’on sait par exemple qu’il y a peu de monde sur la fréquence la tentation de ne pas respecter la procédure pour aller plus vite ou sortir de la routine peut vite être là. Hors le piège surtout s’il y a stress, va être de rentrer dans ce qu’on s’attend à entendre et donc de se couper de ce qu’on a réellement entendu. Si la conversation est en anglais, cela peut rajouter un problème de plus à ce phénomène. Faire un exercice bien spécifique avec les yeux va permettre de reconnecter son cerveau droit et son cerveau gauche et ainsi de récupérer tout son potentiel.

  • VNS p28 (sablier)

Dès que l’on sait que l’on va avoir besoin de rentrer en communication avec les contrôleurs par exemple, il est recommandé d’anticiper et de faire cet exercice surtout si l’on sait que l’on peut être facilement concerné par ce type de stress. De plus, pendant les temps d’attente par exemple, on peut se remettre en cohérence cérébrale avec l’exercice des « 4 cerveaux ».

  • PNS p96 ou SNS p66 (4 cerveaux)

ans-avion-coree

6. Radio qui parle en continu

Un bruit qui crée une sorte de brouhaha peut vite devenir un stress dès qu’il est constant et sans répit et pas question d’éteindre la radio! Depuis plusieurs années le bruit est reconnu comme un problème pouvant avoir un impact sur la santé, on sait qu’il a un réel impact sur la physiologie puisque les sujets soumis au bruit ont une augmentation de leur pression artérielle du fait de la libération en continu des catécholamines les hormones associées au stress. Pour échapper à ce stress, la tendance va être de symboliquement se replier sur soi et notamment de restreindre sa respiration. Si on reste dans cette attitude, une impression d’oppression indéfinissable peut finir par s’installer ce qui nous met en état de plus grande vulnérabilité si jamais un événement plus important devait survenir.

  • PNS p208 (respiration soupir)
  • VNS p30 (palming)
  • PNS p 174 ou SNS p 82 ou VNS p44 (tir à l’arc, si on a la place)

mouche-du-cocher

7. Un autre pilote est en difficulté

Difficile de ne pas être touché dans un tel cas et d’avoir l’esprit en paix malgré tout! Les émotions vont affluer et pour retrouver son équilibre pratiquer de l’acupressure sur une zone spécifique de l’intérieur de la main va être un bon compromis. En médecine chinoise l’émotion, c’est de l’énergie qui peut s’accumuler et rester bloquée ce qui provoque différents désordres ayant un impact direct sur le bien-être et la santé. En pressant par 3 reprises le centre de chaque main (zone MC8 en acupressure, PNS p111), vous agissez sur le méridien maître du cœur et sur un point où quand l’énergie circule bien « on garde son sang-froid ».

Sinon, on peut aussi se remettre en cohérence avec la respiration cohérente, dé-fusionner l’émotionnel avec le trèfle ou encore réactiver une ressource positive si on l’a déjà mise en place:

  • PNS p130 ou SNS p74 (trefle, même de petite envergure)
  • PNS  p82 ou SNS p62 ou VNS p72 (respiration cohérente)
  • PNS p160 (ancrage ressource)

8. Modifications successives des données d’approche de service

Cela fait plusieurs fois qu’il y a des changements dans la piste d’approche, et, là encore, il ne s’agit pas de laisser son émotionnel prendre le dessus. Pratiquer l’exercice précédent en exerçant 3 fois de suite une pression au centre de chaque main va permettre de revenir au calme si besoin. Afin d’assurer la pérennité de cette stabilité émotionnelle, les exercices suivant sont très efficaces et tous facilement faisable même quant on pilote:

  • PNS p162  (gribouillage MG)
  • PNS p128 ou SNS p68 ou VNS p60 (respiration alternée)
  • PNS  p82 ou SNS p62 ou VNS p72 (respiration cohérente)

9. Devoir aller sur un aéroport de dégagement

La fatigue aidant c’est le dépit, la déception, le ressentiment, l’ennui ou l’inquiétude qui peuvent prendre le dessus et donc le pilotage, venant fausser nos réflexes. Pour éviter cela, vous allez utiliser un outil mis en place lors de votre préparation globale à la gestion du stress et activer votre ressource PNL. L’objectif de cet ancrage est de vous donner un moyen simple et efficace en créant une association positive entre un stimulus spécifique et une réponse, e pouvoir disposer à tout instant d’un point de référence permettant de retrouver sa stabilité et ses capacités de réflexion ou d’action.

  • PNS p160 & p252 (ancrage ressource)
  • PNS p196 ou SNS p 80 VNS p70 (réflexologie palmaire)

Faire le point d’acupressure du centre de la main, comme vu plus haut, peut aussi être une solution, mais une réflexologie palmaire plus générale est souvent plus adaptée, car il est possible que les conditions stressantes dures.

La suite le mois prochain ….

 

Publicités