Le Hatha Yoga est-il démodé ?

Peut-on dire que le Hatha-Yoga soit dépassé?

Le Râja-Yoga

Comme il est dit en Râja-Yoga, dans le sûtra 29 du livre 2 de Patanjali, les âsanas sont un des huit moyens. Le Hatha-Yoga qui privilégie les postures ou âsanas, n’a donc pas vocation d’être un Yoga « supérieur », ni à part, ni même complet. Il s’intègre tout simplement comme un des huit outils principaux à égalité avec, par exemple: la respiration, l’hygiène de vie ou la méditation.

Livre II, sûtra 29
L’Ashtanga Yoga, ou les huit moyens de yoga sont :
—   Yamas : les règles de vie dans la relation aux autres ;
—   Niyamas : les règles de vie dans la relation avec soi-même ;
—   Âsana : la posture ;
—   Prânâyama : la respiration ;
—   Pratyâra : l’écoute sensorielle intérieure ;
—   Dhâranâ : le pouvoir de concentration ;
—   Dhyâna : la méditation ;
—   Samâdhi : l’état d’unité ou de contemplation.

Mandala de l'Inde

Le Hatha-Yoga

Si l’on retrouve des traces d’âsana dans les ruines de la cité de Mohenjo-Daro (trois mille ans avant notre ère), cette forme de Yoga n’a été codifiée que partiellement dans un texte sanskrit intitulé « Haṭhayoga-Pradîpikâ », composé par le Yogi Svâtmârâma vers la fin du XVième siècle. Hormis la posture du Lotus qui semble assez commune en Inde, les descriptions fournies par le texte sont très éloignées des postures complexes telles qu’on les voie dans les reportages sur le Yoga. On peut dire que ces postures complexes, qui ont inspiré les fakirs et les contorsionnistes, n’ont JAMAIS été décrites ou dessinées dans le passé dans un cadre « Yoga ». Aussi, nous repartirons des bases, à savoir les sûtras du Râja-Yoga.

LIVRE II — LES DEGRÉS CONDUISANT A L’UNION CORPS-ESPRIT

46. La posture adoptée doit être stable et aisée.
47. La stabilité et l’aisance de la posture se réalisent grâce à un effort léger et soutenu, et par la concentration du mental sur l’infini.
48. Quand cela est atteint, les couples de contraires ne font plus obstruction.
49. Quand la posture correcte est atteinte, elle est suivie d’une maîtrise correcte du prana et d’un processus approprié d’inspiration et d’expiration du souffle.

Il faut bien comprendre que cette traduction des quatre sûtras liés au troisième moyen du Râja-Yoga (âsana ou posture) est sujette à variation. Ainsi, voici une autre traduction tout aussi valable:

II.46. Âsana : être fermement établi dans un espace heureux.
II.47. Grâce à la méditation sur l’infini et au renoncement à l’effort-volonté.
II.48. A partir de cela, on n’est plus assailli par les dilemmes et les conflits.
II.49. Ceci étant accompli, on expérimente le Prânâyama qui est l’arrêt des perturbations de la respiration.

On voit bien ici que l’on parle de l’essence même de la posture à atteindre et des critères de ressenti à prendre en compte pour y arriver. A aucun moment la complexité de la posture n’est évoquée, pas plus que le maintien statique dans la posture.

On peut donc conclure qu’un Yoga statique qui met sous contrainte notre corps est très éloigné de l’esprit du Yoga. En ce sens le Hatha-Yoga des années 1920-1970 est dépassé même s’il reste le plus spectaculaire et le plus médiatisé.

A titre d’exemple, dans l’excellent reportage « Planète Yoga » (en DVD et récemment diffusé sur Arte) les images sont très « Hatha-Yoga », mais si vous écoutez le texte, la bande son, vous noterez qu’aucune allusion aux postures « de fakirs ou de contorsionnistes » n’existe! C’est comme si le texte n’avait AUCUN rapport avec les images. Le texte est tout à fait dans l’esprit Yoga, alors que les images sont choisies pour avoir un bon impact médiatique!

Hatha-Yoga ou Contorsion
Esprit Yoga ou esprit Média ?

Le Vinyasa-Yoga

Heureusement l’intelligence humaine dépasse les clichés et les phénomènes de mode. Depuis les années 70 en France, même si l’intitulé est resté « Hatha-Yoga » la pratique est devenue de plus en plus en mouvement. En France, sans le dire, le Hatha-Yoga est devenu du Vinyasa-Yoga. Il faut préciser « en France » car, comme nous allons le découvrir, aux US ou dans d’autres pays d’Europe, c’est le Ashtanga Vinyasa Yoga qui est devenu la référence des stars.

Historiquement, il faut savoir que le Yoga va mal en Inde. De 1539 jusqu’en 1774 la pratique du Yoga était considérée par l’Inquisition comme un indice de « l‘ancienne religion païenne ». Et une telle hérésie conduisait souvent au bûcher en Inde…!

Au XIXème siècle, le colonialisme anglais  (1756-1947) n’apprécie guère le Yoga non plus. Aussi quand  Sri Tirumalai Krishnamacharya naquit en 1888, tout était à faire, ou plutôt à refaire pour le Yoga en Inde. Dès 1916 il étudia en profondeur le Yoga et en 1924 il put enseigner à Mysore jusqu’en 1955. En dehors du Maharaja, il enseigna son Yoga à Sri K. Pattabhi Jois, BNS Iyengar, BKS Iyengar et Indra Devi qui tous, vont marquer le futur du Yoga et son expansion dans le monde occidental en créant le mouvement Ashtanga Vinyasa Yoga.

Le Yoga de Sri Krishnamacharya considérait l’individu dans sa totalité et cherchait à accompagner son évolution. La santé physique, psychique, énergétique et spirituel servaient ainsi le même but d’évolution. Par le biais d’une pratique adaptée individuellement, Sri Krishnamacharya obtenait de bons résultats contre de nombreux malaises et mal-êtres. Il mourut centenaire en se soignant uniquement par le Yoga.

Comme nous l’avons dit plus haut, dans les textes Patanjali, l’Ashtanga Yoga est présenté comme celui qui utilise les huit moyens en synergie. L’Ashtanga Vinyasa Yoga élaboré par les successeurs de Sri Krishnamacharya tient bien sûr compte de cet axe de travail. Voilà comment le définit l’école de Sri K. Pattabhi Jois:

Les postures ou âsana sont exécutées sans rupture de la circulation énergétique, avec une synchronisation permanente du souffle avec le mouvement, la respiration initiant le mouvement. Le Vinyasa-Yoga insiste sur l’accord, l’harmonie qui doit conduire le mouvement vers la posture et la respiration.

Pour conclure, même si l’Ashtanga Vinyasa Yoga respecte à 100% l’esprit du Râja-Yoga, c’est bien une forme réactualisée et non une forme ancestrale dont il s’agit.

Alors Hatha ou Vinyasa ?

Nous l’avons vu, d’un point de vue historique il n’y a pas de réelle continuité, mais des ré-appropriations à certains moments récents de l’histoire.  Si en France c’est le Hatha-Yoga et ses postures complexes qui  ont fait le buzz à l’époque, il est important de voir la réalité du terrain, comment le Yoga est réellement enseigné. Et là, le mouvement refait surface très vite. La fameuse « Salutation au Soleil » est apprise dans toutes les écoles depuis plus de cinquante ans. Et c’est bien du Vinyasa-Yoga. Le Yoga-Danse et le Yoga-Dynamique sont de plus en plus présents et même intégrés aux cours plus traditionnels de Yoga. Personnellement, je pense que depuis dix ou vingt ans,  les cours de pur Hatha-Yoga n’existent plus. Juste, en France, on garde cet intitulé, cette étiquette car « elle marche bien en communication ».

Bannière Vinyasa
Quand prendre posture est le plus important…

Au final, un yoga postural statique n’est pas dans l’esprit du Yoga, mais existe-t-il encore des salles où l’on enseigne ce type de pratique? Partout en France, derrière le mot Hatha-Yoga, ne se cache-t-il pas  un Vinyasa-Yoga voire un Ashtanga-Yoga dans la plus pure tradition du Râja-Yoga?

Ps:
Retrouvez p6-13 de VNS les bases d’un Yoga-coaching accessible conforme à l’esprit du Râja-Yoga, mais adapté à un coaching no-stress moderne. Le mémento vous propose du Vinyasa-Yoga, du Hatha-Yoga, du Prânâyama, du Yoga des yeux, du Yoga du rire, du Yoga des sons, du Yoga-nidra, des Mûdras, des Bandha, …

Publicités