3 clés pour retrouver du courage

Qui d’entre nous n’a jamais éprouvé ce fameux passage à vide quand on n’a plus d’énergie, quand plus rien ne nous motive ni ne nous enthousiasme? Qui n’a jamais vécu ce moment où tout ce qui ressort n’est qu’un immense et désespérant sentiment de découragement? Je vous propose d’une part de comprendre ce qui entre en jeu à cet instant là et d’autre part de voir quelles sont les solutions pour sortir de cet état d’esprit bien pesant.

Quand la motivation n'est plus là

Nous ne parlerons donc pas ici de la vraie fatigue physique quand la notion d’efforts impossibles est lié à « j‘ai envie mais je ne peux pas … ». La facette que nous vous proposons d’aborder sera plutôt à associer à: « je pourrai mais je n’ai pas envie, je n’ai pas le courage…« .

Si on regarde la définition du mot courage dans le dictionnaire on peut lire:

Courage: fermeté, force morale face aux épreuves
synonymes: ardeur, audace, énergie, force, vaillance, volonté etc.

Qu’est ce qui est à la base du courage? Qu’est ce qui anime cette énergie? Réponse: LA MOTIVATION. C’est notre motivation qui nous pousse à bouger, entreprendre ou nous investir. Que ce soit dans un travail ou une relation ce sont nos besoins ou les valeurs qui nous tiennent à cœur qui vont être le moteur de notre engagement. Si, à un moment ou un autre, je suis en désaccord avec ce qui est essentiel pour moi, je vais perdre ma motivation. Il y a deux sortes de motivations:

  • La première concerne les activités pratiquées pour elles-même, pour leur contenu, pour le plaisir et le sentiment d’autonomie qu’elles génèrent, on la qualifie d’ intrinsèque.
  • La deuxième, dite extrinsèque, touche au contraire les activités que l’on fait pour l’obtention d’une conséquence positive ou pour l’évitement d’une conséquence négative. Dans ce cadre on répond davantage à une nécessité sociale, économique, culturelle ou à une injonction éducative.

Au niveau émotionnel les sources de motivations peuvent être la joie ou la peur. Au niveau mental elles seront liées aux buts que l’on s’est fixés ou aux valeurs auxquelles on a choisi d’adhérer.

Il y a de nombreux facteurs qui peuvent engendrer la démotivation:

  • Il peut s’agir de facteurs externes liés à l’environnement comme de brusques changements de vie professionnels ou privés, un manque ou un excès de responsabilité, un trop plein de soucis.
  • Des facteurs internes plus personnels peuvent aussi être en cause comme celui d’avoir mis la barre trop haute ou une remise en cause de ses besoins fondamentaux ou de ses valeurs.

Pour nous motiver dans une attitude, un comportement ou une tâche il faut que cette attitude, ce comportement ou ce travail ait un objectif bien défini, un sens . Si ce que nous faisons n’a pas ou n’a plus de sens notre enthousiasme, notre assiduité et notre persévérance vont fondre comme neige au soleil.

Savoir nager en eau trouble (Crédit: Katsushika Hokusa)
Savoir nager en eau trouble (Crédit: Katsushika Hokusa)

Alors comment retrouver ce réservoir d’énergies que constitue la motivation?

Le premier réflexe à avoir dès que l’on ressentira une baisse de courage va être d’aller marcher: 10 minutes de marche d’un bon pas et déjà vous aurez relancé l’énergie de vie. Pourquoi une activité physique aussi basique que marcher engendre un effet positif aussi direct et efficace? Outre les bienfaits physiques sur le plan respiratoire, vasculaire, cardiaque etc. déclenchés par la mise en mouvement on sait maintenant, grâce aux neurosciences, que la répétition d’un geste renforce les connections neuronales avec en parallèle le fait que, de rentrer dans une habitude est très  intéressant par le sentiment de sécurité qu’elle confère. Or la marche est justement un réflexe acquis depuis l’enfance qu’il nous est très facile de mettre en œuvre. C’est donc une habitude sur laquelle nous appuyer pour retrouver nos repères et un climat intérieur de confiance. Et comme il est beaucoup plus facile de faire quelque chose dont on a l’habitude que de se lancer dans une nouvelle action il n’est nul besoin de se compliquer la vie pour chercher un autre outil déstress. De plus il ne se passe pas un jour sans qu’ une publication scientifique ne vienne démontrer que l’exercice physique est soit un élément fondamental de notre santé,  soit a une grande influence sur notre humeur et notre fonctionnement mental. Ce serait dommage de se priver d’une de nos capacités de régénération innée en ne la mettant pas en œuvre. Les messages chimiques envoyés par les muscles ne se contentent pas d’influer sur notre forme physique. En effet quand nos muscles travaillent la concentration en sérotonine par exemple augmente dans notre système nerveux avec un effet anti-dépresseur très rapide.

La deuxième clé va consister à reprendre contact avec vos ressources. Pour cela il est important de vous préparez à l’avance comme une future antidote aux moments de morosité la liste de toutes les activités qui vous  font du bien. Cela peut aller d’un bon bain à téléphoner à une amie, sortir au cinéma ou se faire une soirée plateau télé. Il et important de connaître ce qui vous convient, ce qui vous remonte le moral. Êtes vous plutôt ressourcé en restant chez vous ou au contraire en sortant? Préférez vous être seul ou au contraire très entouré? Qu’est ce qui vous déstresse et vous détend?

Enfin le troisième point va être de s’accorder un moment de réflexion en se demandant de quoi nous aurions besoin aujourd’hui, qu’est ce qui est prioritaire à nos yeux en ce moment? Il va falloir redonner du sens à sa vie, se rappeler quel était notre objectif quand nous avons lancé ce projet ou choisi ce type d’activité. Bien souvent nous avons perdu de vue par exemple qu’une activité professionnelle a pour but principal de nous assurer un revenu et non de nous permettre de nous réaliser. Prendre le temps de faire un bilan et de repositionner ses priorités est donc nécessaire quand l’énergie n’est plus au rendez-vous.

Après la pluie la beau temps
Après la pluie la beau temps

Publicités