Le stress d’une perfomance non réalisée

Il vous est sans doute déjà arriver de poser la question: « Et alors tu as réussi? » et de voir la figure de l’autre se décomposer car justement cela ne s’est pas passé aussi bien que prévu. L’objectif de cet article est de vous donner des clés pour accompagner votre ami, votre conjoint, ou votre enfant dans ce passage délicat où se mêlent déception et frustrations.

S’il est facile de comprendre, qu’après tant d’efforts et de sacrifices, le sportif peut être déçu de ne pas avoir été sélectionné, d’avoir perdu son match ou son combat ou encore de ne pas avoir améliorer sa performance, il est plus compliqué de l’aider à faire face et à traverser ce moment délicat. La moindre parole malheureuse a vite fait de modifier vos bonnes intentions en bombe explosive. Bien comprendre ce qui entre en jeu va être un atout pour vous. Sachez tout d’abord que la difficulté à se relever d’un échec est proportionnelle au degré des attentes que nous pouvons avoir vis à vis d’un évènement quel qu’il soit. Une attente non satisfaite entraîne de la frustration et qui dit frustration dit souffrance.

La médiation corporelle, une clef pour acquérir de nouvelles capacités
Et si la performance n'est au rendez-vous ?

Face à la frustration d’un désir non réalisé ou d’un espoir déçu l’autre peut réagir de deux façons différentes:

  • soit il se renferme et s’en veut « à mort »
  • soit il explose et rend l’extérieur responsable de tout.

Ces deux attitudes sont bien sûr caricaturales et donc extrêmes. Vous observerez des comportements où les deux peuvent se mêler: la personne alternant entre des paroles agressives envers l’extérieur et puis le besoin de se replier sur elle-même et ne plus parler à personne. Face à cela quelle va être l’attitude la plus aidante? Tout d’abord, savoir et comprendre que sa réaction est logique et fait partie d’un processus normal va être grandement utile. En effet, même si l’évènement n’est pas grave en lui même, le sportif  doit faire le deuil de son désir non réalisé. Ce deuil nécessite de traverser certaines étapes pour pouvoir passer à autre chose et  revoir la vie du bon côté.

Classiquement on décrit 5 étapes à ce processus du deuil. Elles ne se suivent pas forcément dans l’ordre et la personne peut faire des aller et retours entre une étape et une autre. L’essentiel est qu’elle ne reste pas bloquée dans l’une d’entre elles et puisse donc toutes les traverser:

  1. La première de ces étapes s’appelle le déni. C’est le choc du résultat et la personne refuse d’y croire, elle rejette l’information: » ce n’est pas possible. »
  2. La deuxième étape prend la forme d’une sorte de marchandage: » Ils ont interverti mon nom avec un autre, les chronos étaient mal réglés, etc. »Elle cherche un coupable et tous les arguments, même les plus improbables, lui permettant de rendre l’annonce du résultat caduque vont être bons pour servir sa cause.
  3. Ensuite la troisième étape va être la colère : colère envers soi, envers les autres, voire envers la Vie. Selon chacun la cible de la colère va varier: les critiques pleuvent et les jugements injustes sont légions. La culpabilité peut aussi faire son apparition une autre façon de maintenir la fiction que les choses auraient pu se passer autrement. La meilleure des stratégies est de laisser passer l’orage. Il est inutile de protester et de souligner l’incohérence des propos c’est normal dans ce contexte de deuil.
  4. La quatrième étape voit la personne rentrer dans une phase d’ abattement ou de tristesse, elle ne se fait plus d’illusion elle a compris que le résultat est inéluctable. C’est une phase dépressive où elle se remet en question, et même certains symptômes peuvent apparaître: maux de ventre, mal de tête, etc. Elle n’a plus goût à rien.
  5. Enfin dernière étape c’est l’acceptation. C’est dur mais  la vie continue.Il est donc important de se souvenir que faire son deuil est la condition nécessaire pour pouvoir passer à autre chose.

Le deuil est un phénomène normal et bénéfique. Il faut le laisser se dérouler sans chercher à le raccourcir et donc sans chercher à intervenir. Vous pouvez apporter votre aide en permettant à la personne de s’exprimer dans ces différentes phases. Votre challenge va être de vous souvenir que vous n’avez rien à faire, juste écouter et ainsi offrir un espace bienveillant à l’autre pour qu’il puisse vivre son deuil sans retenue dans les meilleures conditions possibles.

Le processus de Deuil en 5 étapes
Le processus de Deuil en 5 étapes

Prenons un exemple: Vous êtes parent et suite à un mauvais résultat  votre enfant vous signifie qu’il va tout abandonner, que s’en est fini de ce sport de c… Pas de panique vous savez que la phase de marchandage est en route. C’est bon signe et il n’y a rien de spécial à faire. Hors, si à ce moment là vous mourrez d’envie d’intervenir, de donner des conseils pour la prochaine fois ou  de rassurer avec  mille et un arguments positifs il va falloir apprendre à vous taire. Et là c’est vous qui pouvez rentrer en stress. Écoutez sans rien faire est, pour beaucoup d’entre nous habitués à agir et à trouver des solutions, souvent bien difficile. La solution anti-stress va être une fois de plus dans le corps via la pratique de la respiration cohérente. Les effets vont être immédiats et vont vous permettre à la fois de vous recentrer tout en prenant le recul nécessaire. Elle va vous permettre d’assumer votre rôle d’accompagnant en toute sérénité.

Pour la mise en œuvre cette respiration cohérente, reportez-vous à l’article: Les secrets d’une vraie pause.

Technique anti-stress puissante : la respiration circulaire
Respiration circulaire : la seule technique où notre volonté peut agir vers le no-stress
Publicités